NOUVELLES

Syrie: deux voitures piégées explosent près d'une mosquée, faisant des victimes

18/01/2013 06:02 EST | Actualisé 20/03/2013 05:12 EDT

BEYROUTH - Deux voitures piégées ont explosé dans le sud de la Syrie et une roquette a frappé un édifice dans le nord, lors de violences que les médias officiels se sont empressés d'attribuer aux insurgés qui cherchent à renverser le régime du président Bachar el-Assad.

L'agence de presse gouvernementale SANA affirme que l'attaque à la roquette survenue dans la ville d'Alep était l'oeuvre des rebelles, mais les militants évoquent plutôt une frappe aérienne lancée par le régime.

Peu de temps après, deux voitures piégées ont explosé près d'une mosquée de la ville de Daraa au moment où les fidèles quittaient les lieux après les prières du vendredi.

Des images diffusées par la télévision syrienne ont permis de constater que la mosquée a subi de lourds dommages. Un homme a été montré transportant un bébé hors des décombres, pendant qu'un autre avait le visage ensanglanté. Des résidants fouillaient les ruines à la recherche de survivants et au moins une victime a été emportée sur une civière par une ambulance du Croissant-Rouge.

L'Observatoire syrien des droits de la personne indique que 12 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées à Alep.

Par ailleurs, des avions de chasse ont bombardé des villages de la province de Lattaquié, le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie, un secteur entre les mains des insurgés. Des hélicoptères de combat auraient aussi participé à l'assaut. L'agence de presse turque Anadolu a également fait état de combats féroces dans la province d'Idlib.

Enfin, de nouveaux affrontements ont éclaté entre les insurgés syriens et des combattants loyaux au régime dans un camp de réfugiés palestiniens de Damas.

L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a indiqué vendredi que les combats se sont intensifiés dans le camp de Yarmouk depuis quelques jours. Douze personnes auraient été tuées et une vingtaine d'autres blessées jeudi.

Un communiqué de l'agence onusienne précise qu'on retrouve des enfants parmi les victimes.

Le camp de Yarmouk a été le théâtre de combats féroces entre les rebelles et les forces loyales à Bachar el-Assad depuis la mi-décembre, quand des insurgés ont pénétré dans le camp pour tenter de lancer un assaut contre la capitale.

L'UNRWA affirme que près de la moitié des 150 000 résidants de Yarmouk ont fui les combats de rue ainsi que les frappes aériennes et les tirs d'artillerie du régime.

PLUS:pc