NOUVELLES

Affaire Armstrong - Boyer: "Un homme glacial" pour des aveux "non sincères"

18/01/2013 06:14 EST | Actualisé 20/03/2013 05:12 EDT

Lance Armstrong est resté cet homme glacial qui a procédé à des aveux non sincères, a estimé Eric Boyer, l'un des animateurs du mouvement "Change cycling now" (Changer le cyclisme maintenant) à propos de la confession télévisée de l'ancien coureur américain.

"Je pensais qu'il aurait plus de sincérité, plus d'humanité", a déclaré à l'AFP Eric Boyer en parlant d'aveux "préparés, travaillés, coachés" qui auront toutefois "des conséquences".

"Il a été acculé par le rapport de l'Usada (agence antidopage américaine). La pression sur lui était insupportable. Il a besoin bien sûr de donner du sens à sa vie, de refaire du sport, du business", a-t-il ajouté en s'opposant à l'un des arguments d'Armstrong, affirmant qu'on ne gagne pas sept Tours de France sans dopage: "C'est une injure pour ceux qui ne se dopent pas !"

Eric Boyer a estimé que le Texan n'avait procédé qu'à une confession partielle en le comparant à "un iceberg toujours aussi glacial dont les aveux ne sont peut-être que 10 pour cent de ce qu'il a à dire".

"Le reste ne viendra pas de sa bouche mais ça viendra", a prédit l'ancien coureur français, responsable jusqu'à l'an passé de l'équipe Cofidis, en soulignant qu'Armstrong ne s'était pas étendu sur ses relations avec l'UCI (Union cycliste internationale), Johan Bruyneel, responsable sportif son ancienne équipe, et Michele Ferrari, le préparateur italien qui l'a aidé.

Eric Boyer s'est indigné également de la réaction de l'UCI présidée par Pat McQuaid suite aux aveux d'Armstrong., qu'il a qualifié de "scandaleuse".

"Je n'accuse pas l'UCI de complicité. Mais ils (McQuaid et son prédécesseur Hein Verbruggen) se sont trompés. Ils ont choisi d'accompagner Armstrong dans sa pratique du cyclisme. Ils ont pourtant eu suffisamment d'alertes pour ne pas le faire mais ils ont fait ce mauvais choix", a accusé Eric Boyer.

Le mouvement CCN demande un changement à la tête de l'UCI et la démission de McQuaid, lequel est candidat à un nouveau mandat lors des élections fixées en septembre prochain.

jm/bvo

PLUS:afp