NOUVELLES

Une majorité de Chypriotes veut un accord sur le prêt de la troïka (sondage)

17/01/2013 04:23 EST | Actualisé 19/03/2013 05:12 EDT

Une majorité de Chypriotes estiment que leur pays, frappé par une grave crise économique, devrait signer un plan de sauvetage avec des bailleurs internationaux, malgré les mesures d'austérité qu'il implique, selon un sondage publié jeudi.

Les Chypriotes sont favorables à 57% à la conclusion d'un accord de prêt avec le Fonds monétaire international (FMI), l'Union européenne et la Banque centrale européenne (BCE), alors que 35% s'y opposent, selon un sondage de la radio-télévision publique.

En novembre, les partisans d'un accord étaient en dessous des 50% et ceux contre 38%.

Nicosie a estimé avoir besoin de 17 milliards d'euros, dont 10 mds pour renflouer des banques mises à mal par une très importante exposition à la dette grecque. Les discussions sont en cours depuis juin avec la troïka (FMI, UE, BCE).

Chypre a adopté un budget de stricte austérité pour 2013 et a dû puiser en décembre dans les fonds de pensions d'organismes semi-publics pour payer les fonctionnaires, et 71% des personnes interrogées se disent mécontentes de la gestion de la crise par le président communiste Demetris Christofias avec la Troïka.

Parmi les sondés, 34% se sont déclarés satisfaits de l'euro, adopté par Chypre en 2008, et 40% expriment leur soutien à l'Union européenne en tant qu'institution.

Nicos Anastasiades du parti de droite Disy apparaît en tête des candidats dans la course à la présidentielle du 17 février, avec 38% d'avis favorables. Il est suivi par Stavros Malas soutenu par le parti communiste Akel et l'ancien ministre des Affaire étrangères Giorgos Lillikas (19,7%).

Quatre-vingt quatre pour cent des personnes interrogées estiment que les mesures d'austérité vont influencer le vote du 17 février.

Le sondage a été réalisé entre le 3 et le 13 janvier auprès d'un échantillon représentatif de 1.404 électeurs. Aucune marge d'erreur n'a été donnée.

cc/srm/sw/vl

PLUS:afp