NOUVELLES

"Tout est de ma faute", confesse Lance Armstrong

17/01/2013 11:03 EST | Actualisé 19/03/2013 05:12 EDT

Lance Armstrong a avoué pour la première fois en public avoir pris des produits dopants durant sa carrière cycliste, après plus de dix ans de farouches dénégations, lors d'une émission de télévision diffusée jeudi aux Etats-Unis. Voici ses principales déclarations:

"OUI"

"Oui" je me suis dopé, a-t-il répondu à l'animatrice américaine Oprah Winfrey qui lui demandait s'il avait pris des substances interdites durant ses sept victoires dans le Tour de France (1999-2005).

"Se doper faisait partie du boulot".

FAUTE

"Je ne veux pas accuser quelqu'un d'autre. (...) Les décisions, c'est moi qui les ai prises. Elles sont de ma faute. Et je suis assis aujourd'hui pour les reconnaître et dire que j'en suis désolé. C'était dans la culture".

"Tout est de ma faute"

TRAHISON

"Les gens ont le droit de se sentir trahis. Et c'est de ma faute. (...) Certaines personnalités disparaissent complètement, mais moi je vais passer le reste de ma vie à essayer de regagner leur confiance et à m'excuser auprès" d'eux.

MAIS PAS TRICHE

Est-ce que vous sentiez que vous étiez en train de tricher ? "Non. C'est cela qui est terrible".

"La définition de +tricher+ c'est gagner un avantage sur un rival ou un ennemi, vous savez. (...) Je ne l'ai pas vu comme cela. J'ai vu cela comme une façon de lutter à armes égales".

COCKTAIL

"Mon cocktail c'était l'EPO, les transfusions et la testostérone".

"Au début de ma carrière, il y avait de la cortisone et ensuite la génération de l'EPO a commencé (...) dans les années 90".

TOURS DE FRANCE

"Non à mon avis", il est humainement impossible de remporter sept Tours de France consécutifs (1999-2005) sans se doper.

EQUIPIERS

"Est-ce que je pouvais (licencier quelqu'un dans mon équipe qui ne se dopait pas) ? Je suppose que je le pouvais, mais je ne l'ai jamais fait (...). Il n'y a jamais eu un ordre ou une directive pour dire +tu dois le faire si tu veux participer au Tour, si tu veux faire partie de l'équipe+. Cela n'est jamais arrivé".

MICHELE FERRARI

Le préparateur italien, dont le rôle en matière de dopage a été souligné dans le rapport de l'agence américaine antidopage (Usada), est "un homme bien et un homme intelligent".

"HEUREUX"

"Je suis plus heureux maintenant que je l'étais alors pour toute une série de raisons".

RECONCILIATION

"S'il y avait une commission de vérité et de réconciliation (...) et si j'étais invité, je serais le premier à venir"

bur-are/ff

PLUS:afp