NOUVELLES

Trente otages algériens échappent à leurs ravisseurs

17/01/2013 05:45 EST | Actualisé 19/03/2013 05:12 EDT
AP
This April 19, 2005 photo released by Statoil via NTB scanpix, shows the Ain Amenas gas field in Algeria, where Islamist militants raided and took hostages Wednesday Jan. 16, 2013. As Algerian army helicopters clattered overhead deep in the Sahara desert, Islamist militants hunkered down for the night in the natural gas complex they had assaulted Wednesday morning, killing two people and taking dozens of foreigners hostage in what could be the first spillover from France's intervention in Mali. (AP Photo/Kjetil Alsvik, Statoil via NTB scanpix) NORWAY OUT

Trente otages algériens ont réussi à s'échapper jeudi du site gazier en Algérie où ils étaient retenus en otage depuis mercredi à l'aube, a annoncé la Wilaya (préfecture) d'Illizi.

"Trente travailleurs algériens sont parvenus à s’échapper jeudi du site gazier de Tinguentourine (40 km d’In Amenas), où ils étaient retenus en otage depuis mercredi par un groupe terroriste armé" a indiqué cette source, citée par l'agence de presse APS.

Des otages algériens avaient déjà été libérés mercredi par petits groupes mais leur nombre n'avait pas été précisé.

Une quarantaine d'otages étrangers sont notamment détenus sur le site par un groupe islamiste lié au réseau Al-Qaïda qui réclame l'arrêt de l'intervention militaire française au Mali voisin.

L'armée algérienne encerclait jeudi ce site gazier du centre-est de l'Algérie exploité par BP, Statoil et Sonatrach.

Un Britannique, un Irlandais et un Japonais, présentés comme des otages se sont relayés jeudi sur la chaîne de télévision Al-Jazeera pour réclamer le retrait des militaires algériens.

abh/bmk/feb

INOLTRE SU HUFFPOST

Les mouvements islamistes en Afrique