NOUVELLES

Matches truqués: une première conférence internationale à Rome

17/01/2013 09:09 EST | Actualisé 19/03/2013 05:12 EDT

La première conférence internationale sur les matches truqués s'est ouverte à Rome avec la Fifa et l'Uefa, sous l'égide d'Interpol, jeudi, appelant notamment à une coopération entre les autorités du football et la justice.

Juristes, policiers, joueurs, dirigeants et universitaires participent à la conférence.

"Nous ne pouvons pas réussir seuls, a dit le secrétaire général de la Fédération internationale (Fifa), Jérôme Valcke. L'Europe doit se doter d'une législation commune, tant qu'on ne l'aura pas, ce sera facile de truquer les matches".

"Il faut une coopération entre police, justice, les autorités du football et les États", a ajouté le numéro 2 de la Fifa, qui s'exprimait en ouverture des travaux, qui se déroulent jusqu'à jeudi dans les locaux de l'école de police de Rome, et doivent se poursuivre jusqu'à vendredi.

"Je ne peux pas vous assurer que ça n'arrivera plus jamais, mais nous devons dresser un mur contre les matches truqués qui soit trop haut pour être franchi."

"C'est la première fois qu'Interpol, la Fifa et l'Uefa sont réunis pour lutter contre les matches truqués", a salué le secrétaire général de la police internationale, Ronald Kenneth Noble.

"Aucun pays n'est à l'abri des matches truqués", a ajouté M. Noble, évoquant "un business international drainant des milliards d'euros, un +chiffre d'affaires+ à l'échelle de la firme Coca Cola, un phénomène criminel qui franchit les frontières."

"Lutter contre les matches truqués est très complexe, a expliqué le secrétaire général de l'Uefa, qui gère le football européen, Gianni Infantino. Nous sommes des gouvernements sportifs, nous ne pouvons lutter contre la criminalité, ce n'est pas comme le doping où nous pouvons faire des tests, là nous ne disposons que d'indicateurs pour savoir si un match a été arrangé. Nous devons convaincre les autorités de l'intérêt de cette lutte".

eba/pid

PLUS:afp