NOUVELLES

Les élections israéliennes: mode d'emploi

17/01/2013 04:00 EST | Actualisé 18/03/2013 05:12 EDT

Les Israéliens votent le 22 janvier pour élire les 120 députés de leur 19e Knesset au scrutin proportionnel de liste.

Ces élections pour une législature de quatre ans, initialement prévues pour octobre 2013, ont été avancées en octobre au 22 janvier par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Au total, 34 listes représentant 38 partis sont en lice. Une quinzaine peuvent espérer franchir la barre des 2%, requise pour être représenté au Parlement.

Depuis 2003, Israël a renoncé à l'élection directe du Premier ministre.

Quelque 5,6 millions d'Israéliens sont appelés aux urnes dans plus de 10.000 bureaux de vote à travers le pays, entre 07H00 et 22H00 locales (05H00 et 20H00 GMT).

Les résultats officiels doivent en principe être publiés mercredi.

Après les élections, le président Shimon Peres aura une semaine pour confier la tâche de former le nouveau gouvernement au chef du parti ayant les meilleures chances de former une coalition majoritaire dans un délai de 28 jours, qui peut être prolongé de deux semaines.

En règle générale, il s'agit du parti ayant obtenu le plus de sièges, mais il peut en être autrement si un autre paraît mieux placé pour constituer une coalition par le jeu des alliances.

En cas d'échec, le président se tourne vers un autre chef de parti, qui dispose alors du même délai de 28 jours.

Ces marchandages post-électoraux sont l'une des principales causes de l'instabilité gouvernementale en Israël, où seuls six des 18 Parlements précédents sont allés au terme de la législature.

En revanche, une majorité absolue de 61 voix sur 120 est indispensable pour provoquer la chute du gouvernement.

En attendant l'investiture d'un nouveau gouvernement, le cabinet sortant reste en fonctions.

doc-scw/sst/agr/tp

PLUS:afp