NOUVELLES

Iran: les déclarations d'Ahmadinejad montrent l'efficacité des sanctions (USA)

17/01/2013 01:30 EST | Actualisé 19/03/2013 05:12 EDT

La Maison Blanche a affirmé jeudi que les récentes déclarations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad sur les sanctions occidentales montraient que ces dernières étaient efficaces, et a appelé une nouvelle fois Téhéran à respecter ses "obligations" internationales.

Mercredi, le président Ahmadinejad a estimé que son pays devait adapter son économie en réduisant notamment sa dépendance au pétrole pour surmonter les sanctions occidentales, car la résistance passive est selon lui une stratégie perdante.

L'Iran doit "apporter un changement structurel (à son économie) pour utiliser les capacités du pays afin de surmonter les sanctions", a-t-il souligné en proposant "la fin de la dépendance" budgétaire aux pétrodollars, qui est "l'une des faiblesses de l'économie".

Interrogé sur ces déclarations, le porte-parole du président américain Barack Obama, Jay Carney, a estimé qu'il s'agissait d'un "nouvel indice, après de nombreux autres ces derniers temps, du fait que les efforts de la communauté internationale pour sanctionner l'Iran ont été efficaces".

Ces sanctions, selon lui, "ont eu un impact profond sur l'économie iranienne, et ont eu des conséquences sur la situation politique interne en Iran". De plus, l'Iran "est en train de payer cher son refus de respecter ses obligations conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies", a-t-il dit.

"Un autre chemin est possible pour l'Iran, un chemin qui lui permettrait de rejoindre la communauté internationale", a plaidé M. Carney. Les responsables iraniens "doivent simplement respecter leurs obligations de façon vérifiable", a-t-il ajouté.

L'Iran fait face à un effondrement de ses exportations pétrolières en raison de l'embargo mis en place début 2012 par les Occidentaux pour pousser Téhéran à suspendre ses activités nucléaires controversées.

Dans ses propos mercredi, M. Ahmadinejad a par ailleurs reconnu que les sanctions avaient provoqué un effondrement de la monnaie iranienne et une flambée des prix, exerçant une "pression sur une grande partie de la population".

tq/bdx

PLUS:afp