NOUVELLES

Environnement: le Canada toujours loin d'être exemplaire selon le Conference Board du Canada

17/01/2013 12:39 EST | Actualisé 19/03/2013 05:12 EDT
AP
FILE- This file photo taken Nov. 9, 2009 image, shows the coal-fired San Juan Generating Station near Farmington, N.M. The U.S. Environmental Protection Agency is slated to release rules aimed at reducing mercury pollution from large coal-fired power plants. The San Juan Generating Station in the Four Corners region stands ready to meet the rules, but the new standards did play a role in Arizona's largest utility planning to shutter three generators at a coal-fired power plant it runs on the Navajo Nation. (AP Photo/Susan Montoya Bryan, File)

Avec 20,3 tonnes de gaz à effet de serre (GES) rejetées par personne en 2010, le Canada fait mauvaise figure face aux 10 tonnes du Royaume-Uni, indique jeudi le Conference Board du Canada (CBOC), un organisme indépendant de recherches et d'analyses économiques et politiques.

Le rapport du CBOC classe ainsi le Canada au quinzième rang sur les dix-sept pays développés évalués. Le pays conserve le même rang qu'en 2009 et ne se place que devant l'Australie et les États-Unis qui partagent des caractéristiques similaires: un grand territoire et une utilisation intense de leurs ressources.

"Notre vaste territoire, notre climat froid et notre économie très orientée vers nos ressources nous désavantagent en ce qui concerne certains indicateurs de développement durable, mais nombre de nos mauvais résultats sont dus à l'utilisation inefficace de nos ressources", explique le directeur énergie, environnement et technologie du Conference Board, Len Coad.

Le rapport fonde ses résultats sur des critères tels que la qualité de l'eau, la biodiversité ou les changements climatiques.

Les Canadiens doivent encore faire leurs preuves en ce qui concerne leur consommation d'eau par tête d'habitant, neuf fois supérieure à celle des Danois. La qualité de l'air pèse également sur le classement du pays.

L'étude du Conference Board classe néanmoins le Canada au deuxième rang derrière le Japon en terme de protection des forêts et de la biodiversité.

Le même jour, cependant, Greenpeace a dénoncé l'exploitation de la forêt boréale canadienne, prenant la défense des espèces qui y vivent.

Déçue par le gouvernement, l'organisation écologiste s'est retirée le mois dernier de l'Entente sur la forêt boréale canadienne, un accord signé en 2010 entre 21 compagnies forestières et neuf groupes environnementaux qui vise à protéger 72 millions d'hectares de forêt.

Invoquant ses impératifs de croissance et d'emploi, le Canada avait annoncé en décembre 2011 son retrait du protocole de Kyoto sur les gaz à effet de serre, ce qui lui avait valu de nombreuses critiques.

INOLTRE SU HUFFPOST

Efficacité environnementale: le classement des pays développés