NOUVELLES

Otages en Algérie: les ravisseurs veulent la libération d'islamistes (employé du site)

16/01/2013 01:44 EST | Actualisé 18/03/2013 05:12 EDT

Les ravisseurs qui affirment retenir en otage une quarantaine de ressortissants étrangers sur un site gazier du Sahara algérien réclament la libération de 100 islamistes détenus dans ce pays avant de relâcher leurs otages, a indiqué mercredi à l'AFP un employé du site ayant requis l'anonymat.

"Les ravisseurs réclament la libération de 100 terroristes détenus en Algérie pour relâcher leurs otages", a-t-il déclaré par téléphone. "Les assaillants ont exigé que ces islamistes soient conduits dans la région du nord Mali", a ajouté cette source présente sur le site, qui a pu écouter des échanges entre Algériens et ravisseurs.

Le ministre algérien de l'Intérieur et des Collectivités locales, Dahou Ould Kablia, a affirmé mercredi soir que les autorités ne négocieront pas avec les "terroristes".

Le site est exploité par le groupe pétrolier algérien Sonatrach avec les compagnies britannique BP et norvégienne Statoil et se situe à Tigantourine, à 40 km d'In Aménas, près de la frontière libyenne.

Des dizaines d'islamistes affiliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont été condamnés ces dernières années en Algérie pour leur implication dans des attentats commis dans ce pays.

En janvier 2012, les ravisseurs algériens du préfet de Illizi, dans le sud-est de l'Algérie, avaient déjà réclamé la libération de 11 islamistes condamnés à Alger lors du procès d'un chef d'Aqmi, pour relâcher ce haut fonctionnaire.

Ce préfet a été libéré est d'ailleurs celui qui gère la cellule de crise mise en place pour suivre l'attaque de mercredi.

abh/bmk/feb/cnp

PLUS:afp