NOUVELLES

La CPI ouvre une enquête formelle sur les crimes de guerre au Mali

16/01/2013 06:10 EST | Actualisé 18/03/2013 05:12 EDT
AP
FILE - In this April 24, 2012 file photo, fighters from Islamist group Ansar Dine stand guard during a hostage handover in the desert outside Timbuktu, Mali. In recent months, al-Qaida and its allies have taken advantage of political instability within Mali to push out of their hiding place and into the towns, taking over an enormous territory which they are using to stock arms, train forces and prepare for global jihad. And as 2012 draws to a close and the world hesitates, delaying a military intervention, the extremists who seized control of the area earlier this year are preparing for a war they boast will be worse than the decade-old struggle in Afghanistan. (AP Photo/File)

LA HAYE, Pays-Bas - La procureure en chef de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête sur les crimes de guerre commis au Mali depuis le début de l'insurrection islamiste dans le nord du pays, il y a un an.

«Les crimes internationaux commis au Mali ont profondément choqué la conscience de l'humanité», a déclaré la procureure en chef, Fatou Bensouda, au siège de la CPI à La Haye, aux Pays-Bas.

Sa décision d'ouvrir une enquête formelle survient sept mois après sa décision de mener une enquête préliminaire sur les allégations de crimes de guerre commis au Mali, après une demande en ce sens du gouvernement malien.

L'enquête préliminaire laisse croire que des crimes de guerre, dont des meurtres, des viols, des mutilations et des exécutions sommaires, ont été perpétrés dans le nord du Mali, a dit Mme Bensouda.

«À chaque phase du conflit, différents groupes ont causé le chaos et des souffrances humaines par toute une série d'actes allégués de violence extrême», a déclaré la procureure.

L'enquête de la CPI se concentrera sur le nord du Mali, contrôlé par des jihadistes depuis près d'un an, après le coup d'État du mois de mars à Bamako, la capitale malienne.

«Mon bureau s'assurera qu'une enquête approfondie et impartiale sera menée et qu'elle apportera la justice aux victimes maliennes en enquêtant sur ceux qui sont les plus responsables de ces crimes allégués», a-t-elle affirmé.

Corinne Dufka, chercheuse pour l'Afrique chez Human Rights Watch, a salué l'ouverture de l'enquête.

«Il s'agit d'un message important pour toutes les forces, incluant les rebelles séparatistes, les combattants islamistes, les soldats gouvernementaux et les troupes étrangères, qui sauront que les graves abus contre les droits de la personne ne resteront pas impunis», a-t-elle déclaré.

«La récente intensification des combats rend ce message encore plus important», a ajouté Mme Dufka. «La CPI a maintenant besoin que les pays qui en sont membres fournissent un appui diplomatique et financier, afin que la cour puisse faire son travail dans cet environnement difficile.»

L'enquête sur le Mali est la huitième ouverte par la CPI.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des soldats canadiens s'envolent pour le Mali