NOUVELLES

Homme condamné à 140 h de travaux communautaires pour des insultes sur Twitter

16/01/2013 02:02 EST | Actualisé 18/03/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Jean-François Champagne, cet homme accusé d'avoir harcelé avec véhémence plusieurs personnalités publiques sur Twitter en 2011, a été condamné mercredi à 140 heures de travaux communautaires.

L'homme, qui a sévi sous le surnom de «Jeffsabres», a obtenu du juge Maurice Galarneau une sentence suspendue, soit une probation de deux ans avec diverses conditions dont celle d'effectuer des travaux communautaires.

Les infractions remontent à février et mars 2011. Champagne utilisait alors les réseaux sociaux pour envoyer à ses victimes de très nombreux messages à caractère haineux.

En rendant sa décision, le juge a précisé avoir tenu compte du comportement de l'accusé depuis les événements. Champagne a respecté les conditions qui lui avaient été imposées, s'est abstenu de communiquer avec ses victimes et n'a pas non plus utilisé d'ordinateur.

L'évaluation psychiatrique effectuée a aussi considéré les antécédents médicaux de l'accusé, dépeint comme une personne maladroite socialement et en manque d'habiletés sociales.

Jean-François Champagne faisait face à six accusations dont harcèlement criminel. Parmi les personnalités intimidées se trouvaient Guy A. Lepage, Michelle Blanc, la chanteuse canadienne Avril Lavigne et le joueur du Canadien Max Pacioretty. Des menaces avaient aussi été envoyées au duo «Les justiciers masqués» formé de Sébastien Côté-Trudel et Marc-Antoine Audette-Frenette.

La procureure de la Couronne, Anne Aubé, a soutenu que puisque l'accusé n'a que 23 ans, les possibilités de réhabilitation sont plus que probables.

Les interdictions de contacter les victimes seront maintenues pour deux ans de même que l'interdiction de participer à des groupes de médias sociaux.

La sentence a été rendue à la satisfaction des parties et se fonde sur des recommandations communes des deux procureures au dossier, Me Valérie Riendeau, avocate de Champagne, et Me Anne Aubé, de la Couronne.

PLUS:pc