NOUVELLES

Dopage: Armstrong a clamé son innocence pendant près de 15 ans

16/01/2013 07:27 EST | Actualisé 18/03/2013 05:12 EDT

Lance Armstrong, dont les aveux télévisés sont attendus jeudi et vendredi soir aux Etats-Unis, a passé près d'une quinzaine d'années à rejeter les accusations de dopage, et notamment lors de ces sept victoires dans le Tour de France dont il a été dépouillées.

Dès sa prise de pouvoir en 1999 et jusqu'à ce jour, le Texan a toujours fait face à la suspicion avec un aplomb intact.

1999:

"J'ai été sur un lit d'hôpital face à la mort. Et je ne veux rien faire de plus contre ces rumeurs."

Armstrong, en tête du Tour de France, s'exprime le 19 juillet 1999, lors de la journée de repos à Saint-Gaudens.

"Il n'y a pas de dopage pour ce qui me concerne."

Le maillot jaune, soupçonné d'un contrôle positif aux corticoïdes qui sera couvert par un certificat médical antidaté, répond aux médias le 21 juillet 1999 à Pau, quelques jours avant sa première victoire dans le Tour.

2000:

"Je le dis, je l'affirme, je ne me dope pas."

Armstrong revient encore sur ses propos de l'année passée et enfonce le clou dans son livre autobiographique "Il n'y a pas que le vélo dans la vie".

2001:

"Mes victoires au Tour de France sont l'aboutissement de tous (mes) efforts et non une espèce d'anomalie comme beaucoup parmi vous ont pu le dire."

L'Américain annonce dans une conférence de presse à Paris, le 9 avril 2001, que les contrôles effectués dans le cadre d'une enquête de la justice française sur le Tour 2000 ont donné des résultats négatifs.

2002:

"Il y a des journalistes qui doutent de ce que je fais. J'ai fait tous les tests possibles, j'ai été analysé jusqu'au bout des ongles. Je ne comprends pas cette mentalité, mais il faut faire avec."

En passe de gagner pour la 4e fois le Tour, Armstrong reprend son antienne devant les médias présents sur le Tour de France, le 27 juillet 2002, à Mâcon.

2004:

"Nous n'utilisons pas de produits dopants et nous poursuivrons tous ceux qui disent le contraire."

Le Texan réagit par communiqué à la sortie du livre "LA Confidentiel", avant le Tour de France 2004.

2005:

"Vous ne pouvez rester à ce niveau si vous êtes dopé. Un dopé connaît des hauts et des bas, part et revient, ne connaît pas cette continuité."

En avril 2005 Armstrong développe, dans une interview au Figaro, l'un de ses arguments préférés, quelques semaines avant de prendre sa première retraite sportive.

"Je répéterai simplement ce que j'ai dit à maintes reprises: je n'ai jamais pris de drogues favorisant la performance."

Le Texan répond le 23 août 2005 aux accusations de dopage à l'EPO dans le Tour 1999 publiées par L'Equipe.

2008:

"Ecoutez, j'ai gagné 7 Tours de France, de façon loyale, sans tricher. Je suis de retour !"

En septembre 2008, Armstrong annonce son retour à la compétition et accorde une interview au magazine Vanity Fair.

2010:

"C'est impossible de contourner la règle, à moins d'avoir un gourou spécial, mais, en ce qui me concerne, c'est hors de question."

A l'orée de sa dernière saison, l'Américain se justifie, le 18 janvier 2010, devant les médias en Australie.

"Je suis serein. Il y a eu dix ans d'enquête sur moi pour un résultat totalement vierge. Je n'ai rien à cacher."

En juillet, Armstrong réitère sa position alors qu'une enquête fédérale (classée par la suite) a été ouverte aux Etats-Unis à son sujet.

2012:

"Je ne me suis jamais dopé et, contrairement à beaucoup de mes accusateurs, j'ai concouru dans un sport d'endurance pendant 25 ans sans pic de performance et j'ai subi plus de 500 contrôles antidopage sans jamais un raté."

Le 13 juin, l'Américain réagit dans un communiqué à l'annonce de sa mise en accusation par l'Usada (agence antidopage américaine). Le 23 août, il renonce à se défendre devant l'Usada et affirme vouloir tourner la page.

jm-bpe/ol/sk

PLUS:afp