NOUVELLES

Des parlementaires israéliens accusent Obama d'ingérence dans les élections

16/01/2013 05:29 EST | Actualisé 18/03/2013 05:12 EDT

Des parlementaires israéliens ont accusé mercredi Barack Obama de s'ingérer dans les élections israéliennes prévues le 22 janvier, après un éditorial affirmant que le président américain jugeait "contre-productives" les politiques du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le texte, publié par Jeffery Goldberg, un célèbre chroniqueur de Bloomberg View, faisait la une de la presse israélienne mercredi et a déclenché des réactions de colère de parlementaires appartenant au Likoud, le parti de droite de M. Netanyahu.

Dans cet article, M. Goldberg affirme que le président Obama voit le Premier ministre israélien comme "un lâche" vis-à-vis du processus de paix avec les Palestiniens, complètement "prisonnier du lobby des colons", et juge que le processus de colonisation en cours emmène Israël "sur un chemin (le conduisant) près d'un isolement total".

"Ceci constitue une interférence grossière du président américain dans les élections israéliennes", ont souligné de hauts responsables du Likoud à Israel HaYom, un quotidien ouvertement pro-Netanyahu.

D'autres ont déclaré au Jerusalem Post que M. Obama était "en train de prendre sa revanche" sur M. Netanyahu, qui avait ouvertement apporté son soutien à son rival, le républicain Mitt Romney, lors de la campagne présidentielle américaine, l'automne dernier.

Le bureau de M. Netanyahu s'est refusé à tout commentaire sur cet article.

Mais Danny Danon, numéro 5 sur la liste du Likoud, a affirmé au quotidien Yediot Aharonot que tels commentaires auraient seulement pour conséquence d'"amener plus de sièges" à M. Netanyahu, qui fait déjà la course en tête.

Dans son article, M. Goldberg écrit que M. Obama n'a pas été surpris quand Israël a annoncé son projet de construire dans la zone E1, un secteur ultra-sensible de Cisjordanie situé près de Jérusalem, estimant qu'il s'inscrivait dans le cadre des "politiques contre-productives" de M. Netanyahu.

Si le projet E1 était mené à bien, il couperait en deux la Cisjordanie et l'isolerait de Jérusalem, compromettant la viabilité d'un futur Etat palestinien.

Même si les Etats-Unis n'arrêteront pas leur aide à Israël, l'Etat hébreu pourrait néanmoins remarquer bientôt un "changement significatif" en "terme de protection diplomatique américaine (...) en particulier à l'ONU", écrit le chroniqueur, laissant entendre que les Etats-Unis pourraient ne pas faire de lobbying pour réunir des votes contre des résolutions perçues comme anti-israéliennes, et pourraient même s'abstenir.

scw-hmw/cco/sw

PLUS:afp