NOUVELLES

Commission d'enquête: l'UCI regrette la position de l'AMA et de l'Usada

16/01/2013 01:53 EST | Actualisé 18/03/2013 05:12 EDT

L'Union cycliste internationale (UCI) a regretté mercredi la décision des Agences mondiale et américaine antidopages (Ama et Usada) de ne pas collaborer aux travaux de la commission indépendante chargée d'évaluer son rôle dans le scandale Armstrong.

Les deux agences ont justifié leurs choix notamment par le fait que cette commission annoncée en octobre par la fédération et dont les audiences doivent démarrer la semaine prochaine n'offrait pas l'immunité aux coureurs désireux de passer aux aveux ou de témoigner.

Pour l'UCI, une telle amnistie de la part de l'UCI constituerait "une violation du Code mondial antidopage" et "aurait des effets limités alors que le CIO, les autorités antidopage nationales, les sponsors et autorités pénales, poursuivent des actions contre les athlètes qui reconnaissent s'être dopés comme on le voit dans le cas Lance Armstrong".

"L'Usada a infligé des sanctions, certes réduites, à tous ceux qui ont reconnu s'être dopés dans le cadre de son enquête" sur l'affaire Armstrong, fait valoir l'UCI, étonnée qu'à l'inverse "l'Agence mondiale antidopage propose que tout ceux qui se présenteraient bénéficieraient d'une complète amnistie, sans période de suspension et perte de résultats, et de manière incroyable, d'un soutien psychologique financé par l'UCI".

"Le rôle de la Commission n'est pas d'être un confessionnel de dopage mais plutôt d'enquêter sur les affirmations de complicité présumée dans le dopage présumé de Lance Armstrong et l'équipe US Postal qui étaient contenues dans la décision motivée de l'Usada", rappelle la fédération.

Les trois membres de cette commission ont écrit mercredi à l'UCI pour que la Fédération revoie sa position. Pour eux, il serait "souhaitable" d'avoir un processus ouvrant la voie à des aveux et à une amnistie, "dans l'intérêt non seulement de la commission d'enquête mais aussi du cyclisme professionnel dans son ensemble".

La commission démarrera ses audiences la semaine prochaine et doit rendre son rapport le 1er juin.

stp/pid

PLUS:afp