NOUVELLES

Bergeron accueille tièdement la création de la nouvelle escouade montréalaise

16/01/2013 03:52 EST | Actualisé 17/03/2013 05:12 EDT

Mis devant le fait accompli, le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, accueille sans grand enthousiasme la nouvelle escouade anticollusion et anticorruption de la Ville de Montréal.

Le nouveau maire de la métropole, Michael Applebaum, a annoncé vendredi dernier la mise sur pied de l'Escouade de protection de l'intégrité municipale (EPIM) à laquelle seront affectés une vingtaine de spécialistes et de policiers enquêteurs.

En point de presse mercredi à Québec, le ministre Bergeron a dit ne pas avoir été consulté par l'administration municipale avant la création de cette nouvelle unité qui s'ajoute à l'escouade Marteau, bras policier de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Prudent, M. Bergeron a soutenu que la nouvelle escouade montréalaise fera oeuvre utile pour autant qu'elle partage ses informations avec l'UPAC et qu'elle évite le piège de travailler en silo.

Le directeur du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), Marc Parent, a récemment assuré que l'EPIM, présentée comme une « police d'assurance supplémentaire », travaillera en complémentarité avec l'UPAC et l'escouade Marteau.

Dotée d'un budget spécial de 3 millions de dollars, l'EPIM ne se limitera pas au secteur de la construction et pourra scruter tous les services municipaux.

PLUS: