NOUVELLES

Bagdad continuera à libérer des prisonniers, ce que réclament les manifestants

16/01/2013 09:11 EST | Actualisé 18/03/2013 05:12 EDT

Le vice-Premier ministre du gouvernement irakien, aux prises avec un mouvement de contestation sunnite, a annoncé mercredi la libération de 70 prisonniers injustement incarcérés et de nouvelles libérations imminentes, accédant à une revendication des manifestants.

"Aujourd'hui (mercredi) nous avons libéré 70 prisonniers et nous allons continuer à ce rythme chaque jour, et pas uniquement pour plaire aux médias", a expliqué Hussein Chahristani, vice-Premier ministre du gouvernement de Nouri al-Maliki, lors d'une conférence de presse.

"Chaque prisonnier a le droit de déposer une plainte auprès du ministre de la Justice pour demander réparation, en contrepartie du temps passé en prison malgré son innocence", a-t-il souligné.

M. Chahristani, un chiite, avait annoncé lundi la libération de 335 détenus en près d'une semaine. Dans la foulée, il avait présenté des excuses pour leur détention injustifiée.

Ce geste répond à une des principales revendications des manifestants sunnites qui, depuis trois semaines, battent le pavé contre l'"injustice et la marginalisation" dont ils sont, selon eux, victimes de la part du gouvernement. Ils pointent également du doigt des lois anti-terroristes dont ils disent faire les frais.

Le gouvernement irakien s'est "mis d'accord avec le tribunal pénal chargé des affaires de terrorisme pour accélérer l'étude des dossiers des détenus", a en outre indiqué M. Chahristani.

Le mouvement de contestation sunnite a démarré après l'arrestation le 20 décembre de neuf gardes du ministre des Finances Rifaa al-Issawi. M. Issawi est un sunnite membre du bloc laïc Iraqiya, formation soutenue par la communauté sunnite qui fait partie du gouvernement, mais qui est très critique envers M. Maliki.

Ce dernier a alterné les menaces et les concessions pour essayer de mettre fin à ce mouvement de contestation, qui se traduit notamment par le blocage de l'autoroute reliant Bagdad à la Syrie et à la Jordanie, dans la province d'Anbar (ouest).

ln-gde/tg/cnp

PLUS:afp