NOUVELLES

Au moins 17 morts dans une vague d'attentats en Irak (responsables)

16/01/2013 02:30 EST | Actualisé 17/03/2013 05:12 EDT

Au moins 17 personnes ont été tuées et 168 blessées au cours d'une vague d'attentats survenue mercredi matin à Bagdad et au nord de l'Irak, a-t-on appris de sources médicale et sécuritaire.

L'attentat le plus sanglant s'est produit à Kirkouk, à 240 km au nord de Bagdad, lorsqu'un kamikaze a fait exploser une voiture piégée, tuant au moins 10 personnes et blessant 140 autres, a indiqué Sadiq Omar Rassoul, chef des services sanitaires de la province.

Kirkouk, où cohabitent Arabes, Kurdes et Turkmènes, fait partie d'une bande de territoire que revendiquent aussi bien le gouvernement central irakien que la région autonome du Kurdistan irakien.

Un peu plus au sud, à Touz Khourmatou, deux civils ont été tués dans l'explosion d'une voiture piégée, également conduite par un kamikaze. L'attaque visait des assaïch, des forces de sécurité kurdes, et s'est produite à proximité de locaux de l'Union patriotique du Kurdistan du président irakien Jalal Talabani. Au moins 26 personnes ont été blessées.

A Bagdad, trois attaques distinctes ont fait cinq morts, dont trois policiers.

Les attentats n'ont pas été revendiqués, mais l'Etat islamique d'Irak, branche d'Al-Qaïda dans le pays, mène régulièrement des attaques dans l'espoir de déstabiliser le gouvernement et d'attiser les tensions religieuses.

Cette nouvelle vague d'attentats survient au lendemain de l'assassinat d'Aïfan Saadoune al-Issawi, un député sunnite de la province d'Anbar engagé dans la lutte contre Al-Qaïda. Ses funérailles doivent avoir lieu dans la journée.

Le pays est secoué par une grave crise politique qui met aux prises le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki et le bloc laïque Iraqiya, membre du gouvernement mais très critique vis-à-vis de M. Maliki.

bur-gde/sw

PLUS:afp