INTERNATIONAL

Wall Street : les fabricants d'armes grimpent après le discours d'Obama

16/01/2013 03:22 EST | Actualisé 18/03/2013 05:12 EDT
Shutterstock
wall street sign

Les actions des grands fabricants d'armes aux Etats-Unis grimpaient à Wall Street après la présentation mercredi par le président Barack Obama de son plan de lutte contre la violence liée aux armes, le marché n'y percevant pas de menace accrue contre le secteur.

Vers 20H00 GMT, l'action de Sturm, Ruger & Company se hissait de 5,27% à 50,51 dollars et celle de Smith & Wesson bondissait de 7,07% à 9,02 dollars à la Bourse de New York.

Les deux sociétés ont respectivement effacé l'intégralité et une majeure des pertes essuyées après la tuerie de Newtown le 14 décembre, qui avait fait 26 morts dans une école primaire du Connecticut (nord-est des Etats-Unis).

Sturm, Ruger & Company a ainsi regagné plus de 15% de sa valeur depuis son plus bas du 18 décembre, tandis que Smith and Wesson s'est envolé d'environ 24%.

"En tant que courtier, vous entendez parler (...) depuis le jour de la fusillade de Newtown de l'intensification des efforts pour limiter les violences dues aux armes", a expliqué Michael James, de Wedbush Securities.

Ainsi, "le pessimisme ambiant à propos du secteur est tel que quand la nouvelle est finalement sortie (à la mi-journée), et qu'il n'y avait rien de matériellement nouveau (dans le discours de M. Obama), les gens qui avaient parié à perte ont vendu leurs positions", a-t-il détaillé.

"C'est un type de mouvement que l'on connait bien sur le marché, +Achetez sur la rumeur et vendez sur le fait+ même s'il s'agit ici du cas inverse, c'est-à-dire +Vendez la rumeur, achetez sur le fait+", a noté M. James.

Lors d'une allocution à la Maison Blanche, M. Obama, a présenté mercredi son plan de lutte contre la violence armée, signant une série de mesures réglementaires. Il a aussi exhorté le Congrès à "agir" et à faire évoluer la législation.

Le président se heurte cependant à la froideur, voire à la fin de non-recevoir de nombreux élus du Congrès, à commencer par les républicains qui disposent du pouvoir de bloquer toute législation, calmant les craintes des courtiers.

ppa/ved/rap