NOUVELLES

Une offensive terrestre se prépare au Mali; la France triple ses effectifs

15/01/2013 06:30 EST | Actualisé 17/03/2013 05:12 EDT

BAMAKO, Mali - Après une campagne de bombardements qui n'a pas permis de freiner l'avancée des rebelles islamistes vers le sud du Mali, la France a annoncé mardi qu'elle allait tripler le nombre de ses soldats déployés dans ce pays, laissant entendre que les forces françaises se préparent à une offensive terrestre pour déloger les extrémistes.

Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a pour sa part exclu mardi la possibilité de déployer des soldats américains au sol au Mali.

La France a plongé tête première dans le conflit malien la semaine dernière, en autorisant des frappes aériennes contre les extrémistes qui avaient commencé à descendre vers le sud en direction de la capitale. Malgré d'intenses frappes aériennes depuis cinq jours, les rebelles ont élargi leur emprise sur le pays en prenant lundi la ville de Diabaly et son camp militaire stratégique.

Un responsable français de la Défense, qui a réclamé l'anonymat parce qu'il n'était pas autorisé à discuter publiquement du dossier, a déclaré que la France ferait passer de 800 à 2500 le nombre de ses soldats déployés au Mali.

Les chefs militaires des pays voisins du Mali se sont réunis mardi à Bamako, mais aucun des milliers de soldats promis par ces pays ne sont encore arrivés sur place. Il devient de plus en plus évident que la France dirigera les opérations et ne jouera pas un rôle de soutien, comme elle l'affirmait pourtant depuis des mois.

Le président français, François Hollande, a déclaré mardi matin sur la radio RFI qu'il pensait pouvoir déloger les extrémistes du Mali en une semaine. Mais dans l'après-midi, il a parlé d'un engagement à plus long terme.

«Nous avons un objectif: de nous assurer que quand nous partirons, quand nous terminerons cette intervention, il y aura la sécurité au Mali, des dirigeants légitimes et un processus électoral, et que les terroristes ne menaceront plus le territoire», a-t-il dit lors d'une visite aux Émirats arabes unis.

Les renforts continuaient d'arriver à un rythme soutenu mardi à Bamako, dans le cadre d'une opération logistique complexe visant à soutenir des milliers de soldats dans le désert du Sahara, un territoire sur lequel les islamistes opèrent depuis près d'une décennie.

Un Antonov géant, deux Boeings C-17 et un C-160 ont déchargé de l'équipement destiné aux centaines de soldats français déployés au Mali, probablement en prévision d'une offensive terrestre visant à reprendre le nord du pays contrôlé depuis près d'un an par des jihadistes liés à Al-Qaïda.

Une quarantaine de véhicules blindés français sont également arrivés par la route durant la nuit, en provenance de la Côte d'Ivoire.

Plusieurs milliers de soldats provenant des pays voisins sont attendus au cours des prochains jours. Le Nigeria a annoncé l'arrivée de 200 soldats d'ici 24 heures.

PLUS:pc