NOUVELLES

Peine de prison confirmée en appel pour un opposant bahreïni

15/01/2013 02:11 EST | Actualisé 17/03/2013 05:12 EDT

La cour d'appel de Bahreïn a confirmé mardi la peine de 15 mois de prison prononcée contre l'ancien député de l'opposition chiite Jawad Fairouz pour son rôle dans la contestation anti-régime en 2011, ont indiqué des avocats.

Ce responsable du principal mouvement d'opposition chiite, Al-Wefaq, qui se trouve depuis plusieurs mois hors du pays, avait été condamné à la prison pour avoir participé à des manifestations non autorisées qui avaient débuté le 14 février 2011 avant d'être violemment réprimées un mois plus tard.

La cour d'appel a confirmé cette sentence, ont précisé les avocats sous le couvert de l'anonymat.

Jawad Fairouz avait été néanmoins acquitté de l'accusation d'incitation à la haine contre la dynastie sunnite des al-Khalifa qui gouverne le petit royaume du Golfe à majorité chiite et de propagation d'informations fausses, ont-ils ajouté.

En novembre, lui et 30 autres militants chiites ont été déchus de leur nationalité, les autorités les accusant d'"atteinte à la sûreté de l'Etat".

L'opposition traditionnelle dirigée par le Wefaq réclame l'instauration d'une monarchie constitutionnelle à Bahreïn.

Malgré la répression meurtrière de 2011, des rassemblements se tiennent encore régulièrement dans les villages chiites autour de la capitale et donnent lieu parfois à des heurts avec les forces de sécurité.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), 80 personnes ont trouvé la mort depuis le début de la contestation en février 2011.

bur/ak/tp/cco

PLUS:afp