NOUVELLES

Open d'Australie - Grosse frayeur pour Serena Williams

15/01/2013 05:24 EST | Actualisé 17/03/2013 05:12 EDT

Malgré un score impitoyable, Serena Williams s'est fait une grosse frayeur lors de son premier tour remporté 6-0, 6-0 face à la Roumaine Edina Gallovits-Hall, mardi à Melbourne, en se tordant violemment la cheville droite au milieu du premier set.

Comme Maria Sharapova la veille, l'Américaine, grande favorite du tournoi, n'a pas laissé un jeu à son adversaire qu'elle a battue en 54 min, une de moins que la Russe, l'une de ses deux principales rivales.

L'autre grande dame, la N.1 mondiale et tenante du titre Victoria Azarenka, a eu la tâche un peu plus difficile (6-1, 6-4) face à la Roumaine Monica Niculescu.

La seule surprise est venue de la défaite de Sara Errani, finaliste du dernier Roland-Garros, face à Carla Suarez Navarro 6-4, 6-4. L'Italienne est l'unique membre du Top 10, hommes et femmes confondus, à ne pas être au rendez-vous du deuxième tour.

Dans le tableau masculin, les favoris ont tous déroulé à l'image de Roger Federer, sévère avec le Français Benoît Paire (6-2, 6-4, 6-1), tout comme Juan Martin Del Potro avec Adrian Mannarino, un autre Français (6-1, 6-2, 6-2).

"Je suis satisfait. Benoît est un joueur talentueux, je n'avais pas encore joué un match cette année, on est toujours soulagé quand ça se passe bien", a commenté Federer sous le regard de ses jumelles.

Pas de souci non plus pour Andy Murray, tête de série N.3, qui a surclassé le Néerlandais Robin Haase 6-3, 6-1, 6-3.

Serena Williams était soulagée d'avoir échappé au désastre après son cavalier seul contre Gallovits-Hall qui a failli tourner au drame lorsque sa cheville à vrillé sur un coup droit en bout de course au début du cinquième jeu.

"Ca m'a fait très mal et ça a gonflé. J'ai eu la même chose à Brisbane l'année dernière et je me suis dit: oh non, pas encore", a affirmé la N.3 mondiale qui, après s'être écroulée de tout son long, s'est fait poser un nouveau bandage aux deux chevilles, toujours "strappées" par précaution.

Elle a ensuite repris sa domination pour terminer les points en deux ou trois frappes surpuissantes.

Mais ses grimaces ont trahi une douleur présente de bout en bout et elle a filé aux vestiaires dès la fin du match, ignorant superbement la personne préposée aux interviews sur le court.

"Il faut voir comment ça évolue, a-t-elle expliqué plus tard à la presse. Mais je serai là jeudi (au 2e tour face à l'Espagnole Garbine Muguruza). Sauf si quelque chose de fatal m'arrive, il n'y pas moyen de m'empêcher de jouer. Je suis vivante, mon coeur bat, ça va aller", a martelé la guerrière.

"J'ai joué ce tournoi avec déjà tellement de blessures que ce n'est qu'un épisode de plus et une belle histoire à raconter plus tard à mes petits enfants", a ajouté Serena qui avait notamment été blessée aux genoux lors du dernier de ses titres à Melbourne, en 2010.

Sur les courts annexes, deux Asiatiques ont écrit l'histoire mardi. Di Wu, 21 ans, est devenu le premier joueur chinois de l'histoire à jouer dans un tournoi du Grand Chelem mais l'expérience s'est soldée par une défaite en quatre sets face au Croate Ivan Dodig 7-5, 4-6, 6-3, 6-3.

L'inusable Japonaise Kimiko Date-Krumm, 42 ans, a elle battu la Russe Nadia Petrova 6-2, 6-0 pour s'affirmer comme la joueuse la plus âgée de l'ère Open à gagner un match à l'Open d'Australie.

"Je suis plus vieille que les mères de certaines. C'est comme si c'étaient mes filles", a rigolé la doyenne, qui fut N.4 mondiale il y a... 18 ans et qui a disputé son premier Open d'Australie en 1990.

jk/chc

PLUS:afp