NOUVELLES

L'Iran espère parvenir à un accord avec l'AIEA lors des discussions mercredi

15/01/2013 03:54 EST | Actualisé 16/03/2013 05:12 EDT

L'Iran espère parvenir mercredi à un "accord global" avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour lever les doutes sur son programme nucléaire controversé, a affirmé mardi le ministère des Affaires étrangères.

"Nous espérons qu'un accord global sera trouvé lors des discussions" que doit avoir mercredi à Téhéran une délégation de l'AIEA, a déclaré le porte-parole du ministère Ramin Mehmanparast lors de son point de presse hebdomadaire.

Les inspecteurs de l'AIEA vont tenter de convaincre l'Iran de signer un accord de vérification permettant à l'agence onusienne d'enquêter pour lever ses doutes sur la finalité du programme nucléaire iranien. Téhéran a refusé jusqu'à présent un certain nombre de demandes de l'agence, en estimant qu'elles allaient au delà de ses obligations dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

M. Mehmanparast a réaffirmé mardi que Téhéran était prêt à signer un accord permettant à l'AIEA de "lever ses inquiétudes", mais uniquement si l'agence onusienne "reconnaît pleinement les droits nucléaires" de l'Iran.

Il a par ailleurs implicitement confirmé que Téhéran refuserait à nouveau mercredi aux inspecteurs l'accès au site militaire de Parchin, qui selon lui "n'a aucun lien avec les activités nucléaires" de l'Iran.

La question de Parchin pourrait être discutée, mais dans le cadre d'un éventuel accord global avec l'AIEA, a-t-il réaffirmé.

L'agence onusienne soupçonne Téhéran d'avoir mené à Parchin des tests d'explosifs conventionnels susceptibles d'être utilisés pour déclencher une explosion nucléaire.

L'AIEA et la communauté internationale redoutent que l'Iran, en dépit de ses dénégations répétées, ne cherche à se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil.

Le directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano, s'est montré pessimiste vendredi sur les chances de parvenir à un accord lors des discussions de mercredi, dont les perspectives ne sont selon lui "pas forcément brillantes".

"Il semble peu probable qu'un accord sera trouvé", car "des désaccords importants demeurent", a déclaré de son côté dimanche à l'AFP un diplomate occidental sous couvert d'anonymat.

mod-lma/cyj/sw

PLUS:afp