NOUVELLES

British Airways coupable de discrimination religieuse

15/01/2013 09:02 EST | Actualisé 17/03/2013 05:12 EDT

La Cour européenne des droits de l'homme a statué mardi que le transporteur aérien British Airways a fait preuve de discrimination en obligeant une employée à retirer une croix qu'elle portait au cou.

Nadia Eweida, une hôtesse de l'air d'origine égyptienne, est à l'origine de cette plainte portée devant le plus haut tribunal européen.

Elle avait été renvoyée chez elle par son employeur en 2006 pour avoir refusé de se plier à une règle qui interdisait le port visible de symboles religieux.

Devant son refus de retirer sa croix sur les heures de travail, on lui avait proposé un emploi administratif. L'hôtesse de l'air avait refusé et quitté la compagnie. Elle n'est revenue qu'après la modification de ce règlement.

Cette affaire a fait grand bruit en Grande-Bretagne où elle a donné lieu à un débat national sur le droit d'arborer des symboles religieux.

British Airways a depuis modifié sa position et Mme Eweida a pu reprendre son poste d'hôtesse de l'air. Elle s'était cependant adressée aux tribunaux pour obtenir des dommages et une compensation pour rémunération perdue.

Tous les tribunaux qui ont entendu cette affaire en Grande-Bretagne avaient reconnu le droit de British Airways d'interdire le port de symboles religieux visibles à ses employés sur les heures de travail.

La dame de 60 ans s'était alors adressée à la Cour européenne des droits de l'homme, à Strasbourg, en France.

Dans son jugement rendu mardi, le tribunal européen infirme les jugements antérieurs et reconnaît que la politique du transporteur aérien entrait en contradiction avec le droit de la plaignante de pratiquer sa religion.

Selon la cour, la direction du transporteur « n'a pas ménagé un juste équilibre entre son désir de manifester sa foi et la volonté de la compagnie d'imposer un code vestimentaire ».

Dans son jugement, le tribunal souligne qu'à la même époque, des employés appartenant à d'autres religions pouvaient au même moment porter un foulard islamique ou un turban sikh et que la croix chrétienne, comme l'étoile de David, ont été finalement autorisées pour les hôtesses de l'air à partir de 2007.

Quant à Mme Eweida, elle recevra un dédommagement de 2000 euros de son employeur à titre de préjudice moral.

Trois autres chrétiens britanniques, qui s'estimaient également victimes de discrimination dans leur vie professionnelle, ont en revanche été déboutés par la Cour européenne des droits de l'homme.

PLUS: