NOUVELLES

Syrie: 57 pays demandent au Conseil de sécurité de l'ONU de saisir la CPI

14/01/2013 12:39 EST | Actualisé 16/03/2013 05:12 EDT

Un groupe de 57 pays mené par la Suisse a demandé lundi dans une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU de saisir la Cour pénale internationale (CPI) pour enquêter sur des crimes de guerre commis en Syrie.

La lettre a été envoyée par la mission suisse auprès de l'ONU, qui a rassemblé pendant plusieurs mois les signataires. Ceux-ci comprennent de nombreux pays européens (dont la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne) ainsi que l'Australie, le Japon, la Libye ou la Tunisie.

La lettre souligne que l'enquête de la CPI devrait être menée "sans exceptions et quels que soient les responsables" des exactions.

"Le Conseil devrait adresser un message sans équivoque demandant aux autorités syriennes et à toutes les autres parties de respecter pleinement les droits de l'homme", ajoute le texte.

"Il faut enquêter sur les nombreuses accusations de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre en Syrie et poursuivre en justice les responsables, de quelque côté qu'ils soient", a indiqué dans un communiqué le porte-parole de la mission suisse à l'ONU, Adrian Sollberger. "Le meilleur moyen de garantir la justice serait de saisir la CPI de la situation en Syrie".

"La Suisse est persuadée qu'il n'y aura pas de paix durable en Syrie sans un action résolue contre l'impunité", a-t-il encore indiqué.

La Syrie n'ayant pas adhéré à la création de la CPI, il faut une intervention du Conseil de sécurité pour que la Cour soit saisie, ce qui semble hautement improbable pour l'instant étant donné la protection que Moscou et Pékin continuent d'apporter au Conseil à leur allié syrien.

La Russie et la Chine ont mis à trois reprises leur veto à des projets de résolution occidentaux pour faire pression sur le président Bachar al-Assad.

Les deux pays ont refusé de signer la pétition suisse. Les Etats-Unis, qui n'ont pas adhéré non plus à la CPI, n'ont pas signé mais soutiennent cette initiative suisse, selon des diplomates.

avz/sam

PLUS:afp