NOUVELLES

L'Iran en mesure de produire au moins une bombe nucléaire d'ici mi-2014 (centre de réflexion américain)

14/01/2013 02:35 EST | Actualisé 16/03/2013 05:12 EDT
AP

L'Iran est en bonne voie pour se doter d'au moins une bombe atomique d'ici mi-2014, les sanctions à son encontre affaiblissant son économie mais ne réussissant pas à stopper son programme nucléaire controversé, a prévenu lundi un centre de réflexion américain.

L'Institut pour la science et la sécurité internationale, organisme privé opposé à la prolifération nucléaire, appelle dans un rapport à des sanctions économiques américaines plus sévères, tout en mettant la pression sur les partenaires commerciaux des Etats-Unis pour qu'ils isolent la République islamique.

Le centre de réflexion s'est penché sur "la capacité critique" de l'Iran, c'est à dire le point à partir duquel le régime sera en mesure de produire suffisamment d'uranium hautement enrichi ou de plutonium séparé pour construire une ou plusieurs bombes nucléaires avant toute détection étrangère.

"En se fondant sur la trajectoire actuelle prise par le programme nucléaire iranien, nous estimons que l'Iran pourrait atteindre cette capacité critique à la mi-2014", souligne le rapport.

L'institut se dit en outre "extrêmement sceptique" quant au fait que la communauté internationale parvienne à empêcher l'Iran de développer des armes nucléaires, et brosse un tableau très noir des conséquences que cela aurait si Téhéran se dotait de la bombe atomique.

Selon lui, cela "ne ferait que renforcer l'agression et la subversion de l'Iran" avec son "messianisme apocalyptique et son exaltation du martyre".

Le rapport note enfin qu'un arsenal nucléaire iranien pourrait pousser l'Arabie saoudite à développer son propre programme, entraînant une prolifération dans une région où Israël est actuellement le seul Etat, bien que non déclaré, à détenir l'arme nucléaire.

Alors qu'Israël brandit la menace d'une possible frappe militaire contre l'Iran, les Etats-Unis ont pris de nombreuses sanctions économiques contre Téhéran pour protester contre son programme nucléaire controversé. Mais des voix critiques se sont élevées pour indiquer que ces sanctions font plus de mal au peuple iranien qu'au régime lui-même, qui continue de plaider que son programme nucléaire est à visée civile.