NOUVELLES

Le pétrole clôture à plus de 94 dollars le baril à New York

14/01/2013 03:17 EST | Actualisé 16/03/2013 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont fini la séance en hausse à New York lundi, clôturant au-dessus du seuil des 94 dollars le baril pour la première fois depuis septembre, dans un marché porté par la remise en route d'un oléoduc aux Etats-Unis et par la faiblesse du dollar.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février s'est apprécié de 58 cents et a terminé à 94,14 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le WTI n'avait pas terminé au-dessus du seuil des 94 dollars depuis le 18 septembre, lorsque les cours avaient clôturé à 95,29 dollars le baril.

Le brut a notamment profité de la remise en route vendredi de l'oléoduc Seaway, transportant les réserves d'or noir de Cushing -- le principal terminal pétrolier des Etats-Unis -- vers des complexes de raffinerie sur la côte du golfe du Mexique, après des travaux d'accroissement de ses capacités.

"Désormais, jusqu'à 400.000 barils de brut peuvent être acheminés quotidiennement de Cushing (qui abrite le brut texan servant de référence au WTI) vers le golfe du Mexique", ont précisé les experts de Commerzbank.

L'oléoduc n'en transportait que 150.000 barils par jour auparavant.

"L'accélération de l'écoulement du brut stocké à Cushing soutient le marché car cela annonce un désengorgement progressif des réserves", a expliqué Matt Smith, de Schneider Electric.

Faute d'oléoducs d'une capacité suffisante pour transporter le pétrole excédentaire vers les raffineries, les réserves d'or noir à Cushing ont atteint récemment des niveaux record.

Cela "va contribuer à rendre le WTI plus légitime comme brut de référence à l'échelle mondiale", notamment par rapport au Brent londonien, selon M. Smith.

"On va assister à une normalisation de la situation entre le brut (texan) et le Brent", a relevé Michael Lynch, de Strategic Energy and Economic Research. Cet écart entre les deux prix de référence s'était creusé à plus de 25 dollars courant 2012.

En outre, les prix du pétrole ont bénéficié de la faiblesse du dollar, qui a atteint lundi en début d'échanges un plus bas en 11 mois contre l'euro, dans un contexe de regain de confiance du marché sur la zone euro.

Un faible billet vert rend plus attractif les achats d'actifs comme le pétrole, libellé en dollars, pour les acheteurs munis d'autres monnaies.

ppa/sl/sam

PLUS:afp