NOUVELLES

L'abolition des céceps ne figure pas dans les plans du PLQ, assure Sklavounos

14/01/2013 04:58 EST | Actualisé 16/03/2013 05:12 EDT

QUEBEC - La remise en question du réseau des cégeps évoquée par le député Pierre Moreau «ne reflète pas la position» du Parti libéral du Québec (PLQ), a fait valoir lundi son collègue du caucus Gerry Sklavounos.

Candidat à la direction du PLQ, M. Moreau a lancé, la veille, l'idée d'une réflexion sur l'existence du réseau québécois des cégeps au cours du premier débat des aspirants à la gouverne libérale.

Unique au Canada, le réseau collégial n'a pas permis de combler le retard du Québec quant au taux de diplomation universitaire au pays, a expliqué le député de Châteauguay pour justifier la tenue d'un débat.

A l'appui de sa thèse, M. Moreau a cité les résultats d'une étude récente des HEC indiquant que le taux de diplomation universitaire au Québec est à la traîne de quatre points par rapport à celui de l'Ontario et de deux points face à celui de la moyenne canadienne.

Mais le débat suggéré par M. Moreau n'a pas trouvé écho chez Philippe Couillard et Raymond Bachand, les deux autres candidats inscrits dans la course à la succession de Jean Charest.

Joint par La Presse Canadienne, le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'enseignement supérieur, Gerry Sklavounos, a affiché son soutien au réseau des cégeps. La remise en question des collèges d'enseignement général et professionnel ne figure pas dans les cartons du PLQ, a-t-il affirmé.

«La première fois que j'ai entendu parler de cette position c'est hier au débat. Les candidats s'expriment et lancent des idées pour renouveler notre parti mais je ne pense pas que c'est quelque chose qui reflète la position du parti (...) Personnellement, c'est la première fois que j'entendais parler d'abolition des cégeps», a dit M. Sklavounos.

Député de Laurier-Dorion, M. Sklavounos est un partisan avoué de M. Couillard dans la campagne au leadership libéral. Durant le débat, l'ancien ministre de la Santé a d'ailleurs défendu la pertinence des cégeps comme «instrument» pour accroître le niveau de scolarisation au Québec. Qui plus est, d'après M. Couillard, les cégeps sont des outils de développement économique pour les régions.

Le député Sklavounos ne prend guère au sérieux la réflexion suggérée par M. Moreau sur l'avenir des cégeps. Selon lui, il s'agit simplement d'une «idée parmi d'autres» lancée dans l'effervescence d'un débat politique.

«C'est une idée qui a été lancée dans un débat par un des candidats qui n'est évidemment pas encore choisi comme chef et qui ne sera peut-être jamais choisi comme chef. C'est une idée parmi d'autres et je pense qu'il y aura plusieurs de ce type d'idées qui seront lancées dans les autres débats (à venir)», a-t-il affirmé.

Les candidats à la direction du PLQ vont s'affronter en débat à quatre autres reprises d'ici l'élection du nouveau chef le 17 mars.

PLUS:pc