NOUVELLES

Des détenus tunisiens mettent le feu à leur cellule pour exiger une grâce

14/01/2013 11:02 EST | Actualisé 16/03/2013 05:12 EDT

Des détenus n'ayant pas bénéficié d'une grâce présidentielle à l'occasion du deuxième anniversaire de la révolution ont mis le feu lundi à leur cellule dans une prison près de Tunis, en signe de protestation, a indiqué une source au ministère de la Justice.

"Des détenus déçus de ne pas avoir été graciés ont mis le feu à deux matelas dans leur cellule", dans la prison de Mornaguia, a affirmé à l'AFP cette source, qui n'était pas en mesure de préciser ni le nombre, ni l'identité des prisonniers mécontents.

Des pompiers ont été dépêchés sur les lieux, tandis que des unités de la Garde nationale (gendarmerie) et de l'armée ont été déployées aux alentours de la prison, a indiqué de son côté l'agence officielle TAP.

A l'occasion de la célébration du deuxième anniversaire de la révolution qui a chassé l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali, le chef de l'Etat tunisien Moncef Marzouki a gracié quelque 312 détenus et décidé des réductions de peine pour 1.300 autres.

L'incident est survenu au moment où des milliers de Tunisiens de tous bords politiques défilaient sur l'avenue Habib Bourguiba, lieu emblématique de la première des révolutions du Printemps arabe (17 décembre-14 janvier 2011).

Un important dispositif policier y a été déployé, mais aucun incident n'avait été enregistré lundi en fin d'après-midi, hormis quelques échauffourées mineures ayant opposé les militants des camps islamiste et laïc, qui se faisaient face sur la grande avenue.

kl/Bsh/tg/cco

PLUS:afp