NOUVELLES

Conférence de presse d'Obama à 16h30 GMT, consacrée au plafond de la dette

14/01/2013 10:48 EST | Actualisé 16/03/2013 05:12 EDT

Le président des Etats-Unis Barack Obama va participer à une conférence de presse lundi à 11H30 (16H30 GMT) durant laquelle il évoquera le relèvement du plafond de la dette, énième sujet d'affrontement avec les républicains du Congrès, a-t-on appris auprès de la Maison Blanche.

Cette conférence de presse aura lieu dans l'East Room, la salle d'apparat de la résidence exécutive américaine, moins d'une semaine avant la prestation de serment qui marquera l'entrée de M. Obama dans son second mandat à la tête de la première puissance mondiale.

La Maison Blanche avait initialement fixé la conférence à 11H15, avant de la retarder d'un quart d'heure.

Selon un haut responsable de la présidence s'exprimant sous couvert d'anonymat, M. Obama veut parler du relèvement du plafond légal de la dette, prérogative du Congrès partiellement aux mains de ses adversaires républicains, que le dirigeant démocrate a déjà affrontés sur les questions budgétaires pendant le Nouvel An.

Après des négociations de dernière minute, les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, avaient fini par céder sur une hausse d'impôts pour les contribuables les plus aisés, afin de ne pas être tenus responsables du "mur budgétaire", un choc d'austérité qui se serait automatiquement enclenché faute d'accord.

Mais cette bataille en annonçait une autre, celle du relèvement du plafond de la dette, mesure nécessaire au premier trimestre faute de quoi les Etats-Unis se retrouveraient techniquement en cessation de paiements.

Des élus républicains souhaitent utiliser cette nouvelle échéance comme moyen de pression pour arracher de la Maison Blanche ce qu'ils n'ont pas réussi à obtenir lors des dernières négociations: des coupes substantielles dans les dépenses, en particulier les programmes sociaux chers aux démocrates.

Mais M. Obama a déjà dit qu'il refuserait catégoriquement de négocier sur ce sujet, et a mis en garde les républicains contre le "jeu dangereux" qui consisterait à lier le plafond de la dette aux pourparlers sur le déficit.

"Si le Congrès refuse d'autoriser les Etats-Unis à régler ses factures à temps, les conséquences pour l'économie mondiale pourraient être catastrophiques", avait-il dit le 5 janvier.

Le précédent affrontement sur le relèvement du plafond de la dette, feuilleton en forme de psychodrame lors de l'été 2011, avait déjà débouché sur un accord de dernière minute, mais l'agence de notation Standard and Poor's avait tout de même dégradé la note de la dette souveraine des Etats-Unis.

La conférence de presse de lundi intervient aussi un mois tout juste après la tuerie dans l'école primaire Sandy Hook de Newtown, dans le Connecticut, qui a relancé l'éternel débat sur le contrôle de la circulation des armes aux Etats-Unis.

M. Obama a chargé son vice-président Joe Biden de formuler des recommandations pour lutter contre la violence, et ce rapport est attendu mardi.

tq/mdm

PLUS:afp