NOUVELLES

Yémen: des centaines de milliers de partisans du Mouvement sudiste à Aden

13/01/2013 10:28 EST | Actualisé 15/03/2013 05:12 EDT

Les différentes factions du Mouvement sudiste ont réuni dimanche des centaines de milliers de leurs partisans dans une démonstration de force à Aden autour d'un thème unique: l'autonomie du sud du Yémen, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Les manifestants ont afflué sur Aden de différentes régions du sud, pour participer à la manifestation unitaire qui s'est déroulée sur une grande place du quartier central de Khor Maksar.

La foule a agité des drapeaux de l'ancien Yémen du Sud, qui était un Etat indépendant avant 1990, et les portraits de l'ancien vice-président Ali Salem al-Baid et du dirigeant sudiste Hassan Baoum.

"Notre révolution est une révolution sudiste qui dit non à l'union", a été l'un des slogans les plus criés par la foule à laquelle se sont adressés plusieurs orateurs qui ont plaidé pour l'autonomie du sud.

Mais ces orateurs n'ont pas abordé la question de la participation au dialogue national, un sujet qui divise les factions sudistes.

L'absence de certaines factions est l'une des principales entraves au démarrage du dialogue national, prévu par l'acccord de transition en vertu duquel l'ancien président contesté Ali Abdallah Saleh a quitté le pouvoir en février 2012.

Ce dialogue vise à élaborer une nouvelle Constitution et à préparer des élections pour février 2014, après deux ans d'une transition pilotée par l'ex-vice président, Abd Rabbo Mansour Hadi.

Plusieurs dirigeants du mouvement autonomiste sudiste ont annoncé accepter de prendre part au dialogue, mais la faction la plus dure, celle de M. Baid, y est toujours opposée, réclamant un dialogue d'Etat à Etat.

Le Sud était un Etat indépendant avant l'unification du Yémen en 1990. En 1994, une éphémère tentative sudiste de sécession avait été écrasée par les troupes nordistes et les citoyens du Sud se plaignent depuis de discrimination.

Les Sudistes réclament en particulier une réintégration ou une compensation pour 60.000 fonctionnaires, militaires et policiers licenciés "abusivement" ou mis à la retraite après 1994, ainsi qu'un règlement des terres appartenant à l'Etat ou à des particuliers confisquées par des responsables nordistes.

Le président Hadi a décidé le 8 janvier de former deux comités pour répondre aux principales revendications des Sudistes, afin de tenter de les convaincre de participer au prochain dialogue national.

Un comité sera chargé de "régler la question des fonctionnaires relevés de leurs fonctions dans les domaines civils, militaire et de sécurité" et l'autre devra s'occuper de la "question des terres" confisquées par les Nordistes aux Sudistes.

faw/mh/cnp

PLUS:afp