NOUVELLES

Coupe du monde - Slalom d'Adelboden: Hirscher a vu rouge

13/01/2013 11:28 EST | Actualisé 15/03/2013 05:12 EDT

Remonté par son échec la veille en géant, Marcel Hirscher a enfilé son costume rouge de patron de la Coupe du monde de slalom pour prendre sa revanche dimanche à Adelboden et signer son troisième succès d'affilée entre les piquets.

Si la petite perle de l'équipe d'Autriche n'a pas réussi à faire le doublé comme l'an dernier dans la station suisse, c'est lui qui a assuré le show avec son ski délibérément sans frein à main.

Cette prise de risque n'a pas payé en géant samedi, où il aurait écrasé la course sans une faute à quelques mètres de la ligne d'arrivée. Le scénario s'est inversé en slalom dimanche.

"Hier, c'était peut-être ma meilleure course de l'année et j'ai fait cette grosse erreur. J'étais furieux", a raconté l'Autrichien, qui avait jusque là pointé sur tous les podiums dans les épreuves techniques depuis le géant d'ouverture fin octobre.

"Aujourd'hui, j'ai fait une erreur en première manche et je me suis retrouvé en huitième place, je ne suis pas habitué à cela. Cette saison, la plupart du temps c'est moi qui menait entre les deux manches", a poursuivi Hirscher. "Alors, j'ai décidé de jouer le tout pour le tout".

Le vainqueur de la Coupe du monde générale 2012, qui a déboulé comme un avion supersonique en deuxième manche, est conscient d'avoir connu "un moment de chance": "c'est toujours 50-50. Quand vous skiez deux manches comme cela, en général vous prenez la sortie."

C'est ainsi qu'Hirscher a coiffé son compatriote Mario Matt, le champion du monde 2001 et 2007, de 30/100e et l'Italien Manfred Mölgg, de 62/100e, alors qu'il avait concédé quelques 80/100e aux deux trentenaires qui avaient pris les devants - Mölgg devant Matt - en matinée.

Pour l'Italien, double médaillé mondial, Marcel Hirscher est certes "un phénomène" mais il n'est pas imbattable. Ce qu'approuve Mario Matt: "Marcel n'est pas une machine, sa première manche montre qu'il n'est pas toujours au top. Mais être 7e ou 8e au terme de la première manche vous incite à prendre tous les risques."

Vainqueur coup sur coup à Madonna di Campiglio, Zagreb et Adelboden, Marcel Hirscher se pose comme le grand favori à l'or mondial le mois prochain à Schladming.

"Moi, il m'impressionne surtout sur les dernières sections, où il est capable d'en remettre une couche. Peu arrivent à faire cela", a estimé le champion du monde en titre, le Français Jean-Baptiste Grange (16e), qui remonte la pente doucement après un automne sans compétition.

Avec son quatrième succès de l'hiver, le 16e de sa jeune carrière, Marcel Hirscher a bien consolidé sa première place au classement général de la Coupe du monde. Au Norvégien Aksel Lund Svindal, son principal rival pour le grand globe, de recoller au score avec la prochaine étape, à Wengen.

stp/pid

PLUS:afp