OTAGE - On ne sait pas de quand ils datent mais ce sont les derniers signes de vie de Robert Levinson, l'ex-agent du FBI disparu mystérieusement en 2007 sur l'île iranienne de Kish alors qu'il enquêtait sur des réseaux de contrebande de cigarettes.

Quelques clichés, sur lesquels ont le voit debout, la barbe blanche et fournie, les cheveux hirsutes et vêtu de la combinaison orange emblématique des détenus de Guantanamo Bay. Dans ses mains, une pancarte, sur laquelle on peut lire au fil des photos: "Aidez-moi", "Je suis à Guantanamo, savez-vous où ça se trouve?" ou encore "Vous voyez où ça mène de travailler trente ans au service des États-Unis". (Suite de l'article sous le diaporama).

Loading Slideshow...
  • "À l'aide"

  • "C'est le résultat de trente années passées à servir les États-Unis"

  • "Je suis à Guantanamo. Vous savez où c'est?".

  • "Pourquoi vous ne pouvez pas m'aider"

  • "4e année. Vous ne pouvez pas ou vous ne voulez pas...".

  • Une capture d'écran d'une vidéo sur le site web de la famille Levison.

  • Le fils de Robert Levinson, Daniel, montre une photo de son père, lors d'une conférence de presse organisée en 2007 à l'ambassade de Suisse à Téhéran. Sa mère Christine était présente.

  • Une affiche du FBI.

  • Une autre affiche du FBI

C'est son épouse, Christine Levinson, qui a choisi de révéler les photos, qu'il n'a pas encore été possible de dater, en les transmettant à l'Associated Press mardi 8 janvier. La famille du retraité du FBI les avait reçues par courrier électronique en avril 2011, de la part d'une radio qui avait choisi de ne pas les diffuser à l'époque.

"Lorsque nous les avons reçues, c'était de simples photos sans indication sur le but recherché par leurs expéditeurs. Il n'y avait donc aucune raison de les diffuser parce qu'elle ne nous aidaient en rien", a-t-elle déclaré à Radio Free Europe / Radio Liberty.

Si elle n'avait pas jugé utile de les publier à l'époque, elle estime désormais qu'il est "important pour les gens de savoir ce qui s'est passé, que nous avons essayé de rentrer en contact avec les auteurs des photos pour savoir ce qu'ils attendaient de nous", et se dit persuadée que son mari est vivant.

La piste iranienne renforcée

Par cette initiative, elle entend renouveler l'intérêt du public pour la situation de son mari deux après la publication d'une vidéo qui avait renforcé l'hypothèse selon laquelle Robert Levinson était très certainement détenu par des terroristes.

Si à l'époque, les soupçons se portaient sur des organisations d'Asie du Sud-Est, les autorités américaines ont affirmé à l'AP qu'elles allaient relancer la piste iranienne même si Téhéran a nié à plusieurs reprises être impliqué de quelque façon que ce soit dans cette disparition.

Pour les services secrets américains, les messages écrits sur les pancartes tenues par Robert Levinson sur les photos font directement écho aux critiques répétées du président iranien Mahmoud Ahmadinejad contre le centre de détention de Guantanamo.