VARSOVIE, (AFP) - Le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich s'est indigné vendredi de la présence d'une statue représentant Adolf Hitler agenouillé dans le site de l'ancien ghetto juif de Varsovie, une provocation de l'artiste italien controversé Maurizio Cattelan.

"Quand il s'agit de montrer le personnage de Hitler, nous avons la responsabilité extraordinaire d'être sensibles à ceux qui ont souffert, à cause de ce que Hitler a provoqué, aux survivants de l'Holocauste et aux survivants non-juifs", a déclaré vendredi à l'AFP le rabbin Schudrich.

Une statue de cire représentant Adolf Hitler, avec la carrure d'un enfant vêtu d'un costume gris, agenouillé et priant, est installée dans une cour de l'ancien ghetto de Varsovie depuis le 16 novembre.

La statue est uniquement visible de dos et seules les personnes avisées peuvent découvrir l'installation qui passe inaperçue de la plupart des passants. On ne peut l'observer qu'à travers un trou dans la porte d'entrée d'un immeuble d'habitation désaffecté.

L'oeuvre, intitulée "Him" ("Lui") est présentée dans le cadre d'une exposition de l'artiste, au Centre d'art contemporain de Varsovie.

"Le placer précisément ici, dans la rue Prozna, qui faisait partie de l'ancien ghetto, témoigne d'un manque de sensibilité, et c'est pourquoi cela me pose un problème", a ajouté le grand rabbin de Pologne.

Selon Michael Schudrich, avant le début de l'exposition les responsables du musée l'avaient rassuré sur le fait que cette oeuvre ne constituait pas une réhabilitation d'Hitler, mais montrait que le mal pouvait exister en le représentant sous les traits d'un enfant à l'air naïf et innocent.

"J'avais cru comprendre que (l'oeuvre) serait dans le musée, mais peut être que cela n'a pas été dit. Mais il est certain qu'ils n'ont pas dit qu'ils le mettraient dans l'ancien ghetto", a ajouté M. Schudrich.

Le Centre Simon-Wiesenthal de Jérusalem avait qualifié l'installation de la statue dans l'ancien ghetto de Varsovie "d'utilisation déplacée de l'art, qui insulte les victimes des nazis" et "d'une provocation dénuée de sens", dans un communiqué du 27 décembre.

"Concernant les Juifs, le seule "prière" d'Hitler était qu'ils soient effacés de la surface de la Terre, et son plan pour la Pologne était de détruire le pays et d'assassiner ses élites" a écrit Efraim Zuroff, le directeur du Centre dans ce communiqué.

Un an après l'invasion de la Pologne le 1er septembre 1939, l'occupant allemand avait créé le quartier du ghetto juif d'à peine 3 km2 où furent enfermés près d'un demi-million de juifs.

Ses habitants ont été quasiment tous anéantis par la faim et les maladies, ou déportés dans des camps de la mort. Le quartier a été rasé par les nazis en 1943 après l'insurrection du ghetto.