Le bilan 2012 du maire Régis Labeaume

Publication: Mis à jour:

À l'occasion de la nouvelle année, le maire de Québec dresse un bilan positif des douze derniers mois de son administration. Régis Labeaume considère que 2012 a été une bonne année dans l'ensemble, bien que plutôt « mouvementée. »

En entrevue à Radio-Canada, le maire Labeaume se réjouit que Québec ait été épargnée par la commission Charbonneau et les scandales de corruption qui ont ébranlé le milieu municipal. « J'ai senti une certaine pression au moment il y a eu la démission du maire de Montréal et tout ce qui se passait avec le maire de Laval. Je sens moins de pression, on cherche encore à l'intérieur [de l'administration], mais jusqu'à date ça va », dit-il.

Le maire Labeaume ne se fait pas d'illusion toutefois, bien qu'il soit convaincu que la Ville de Québec est sainement administrée. « C'est sûr qu'il y a de la collusion quelque part, ça ne se peut pas qu'il n'y en ait pas du tout à Québec. Mais ce n'est pas si évident que ça », affirme-t-il.

Relations tendues avec les syndicats

Sur le plan des relations de travail, 2012 n'a pas été de tout repos pour le maire Labeaume et les différents syndicats de la ville. Le maire insiste toujours sur la nécessité d'expliquer à la population la mécanique financière des régimes de retraite. « Les gens commencent à comprendre actuellement et réaliser ce qui en est », affirme-t-il.

Le maire attend avec impatience le dépôt du rapport D'Amours sur l'avenir du système de retraite au Québec. « Il y aura une espèce de moment de vérité quelque mois après où les gouvernements auront à prendre des décisions. Ce sera un débat très intéressant », prédit-il.

Le maire Labeaume est convaincu que l'avenir des régimes de retraite des villes sera une décision cruciale pour la société.

Il se dit toujours prêt à négocier avec les syndicats pour tenter de trouver un terrain d'entente. « Je veux une entente négociée. C'est le monde à l'envers, c'est maintenant moi qui demande aux syndicats de venir négocier. »

Le maire Labeaume se désole que les syndicats aient rejeté une quatrième réunion au sommet pour discuter tous ensemble. Il affirme avoir été honnête et transparent lors de ces rencontres productives. « Ce n'est pas normal qu'on ne soit pas capable de continuer au moins à discuter parce que ceux qui paient des taxes attendent ça de nous autres. Moi, je pense que les chefs syndicaux ne travaillent pas en fonction du bien-être de leurs membres », dit le maire.

Ses souhaits pour 2013

Pour lui même, le maire Labeaume espère une santé de fer pour l'année 2013. Il a aussi formulé ce souhait pour ses concitoyens. « Aux citoyens de Québec, je leur souhaite de rester fiers. Heureusement, ils le sont encore. »

Le maire Régis Labeaume croit même que la fierté est ce qui démarque les Québécois des autres résidents de la province. « Nous, les citoyens de Québec rester humbles, c'est un combat de tous les jours parce que ces temps-ci ça va pas très bien ailleurs. Mais souhaitons nous de la sérénité et de bien gérer ces petits bonheurs là », dit-il.

« Et peut-être éventuellement un petit club de hockey, ça nous ferait plaisir », conclu Régis Labeaume.

L'entrevue complète sera diffusée ce soir à 18 h 30 à la télévision de Radio-Canada.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Souvenirs des Nordiques de Québec
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Le bilan 2012 du maire Régis Labeaume

Labeaume espère régler d'ici aux élections

Une autre compétition de ski de fond en 2016?