Le nombre de meurtres commis à Montréal est demeuré stable en 2012.

Ainsi, 35 personnes ont été victimes d'un homicide, soit le même nombre qu'en 2011, selon un bilan rendu public mercredi par la Section des crimes majeurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le communiqué du SPVM précise que ce nombre se situe dans la moyenne des années précédentes. Toutefois, il est inférieur aux moyennes enregistrées à Montréal depuis 10 ans (40) et 20 ans (50).

En 2012, la plupart des homicides ont été motivés par des drames personnels (familiaux, passionnels ou conjugaux), qui ont fait 10 victimes.

Le bilan du SPVM distingue ensuite les meurtres liés au crime organisé (7) et ceux liés aux gangs de rue (6).

En 2011, les trois principaux mobiles étaient les conflits (11), les homicides liés aux gangs de rue (8), suivi des règlements de compte entre différents groupes liés au crime organisé (5).

Montréal a connu en 2012 davantage de meurtres liés au crime organisé italien, soit cinq par rapport à deux en 2011.

Sur les 35 homicides de 2012, 17 ont été résolus par les enquêteurs du SPVM, alors que 18 sont toujours sous enquête.