NOUVELLES

«Précipice Fiscal»: Pas D'accord Avant Minuit

31/12/2012 11:33 EST | Actualisé 02/03/2013 05:12 EST
AP
President Barack Obama arrives to make a statement on the fiscal cliff negotiations with congressional leaders in the briefing room of the White House on Friday, Dec. 28, 2012, in Washington. The negotiations are a last ditch effort to avoid across-the-board first of the year tax increases and deep spending cuts. (AP Photo/ Evan Vucci)

WASHINGTON - À quelques heures de la date butoir, la Maison-Blanche et le Congrès à majorité républicaine en sont parvenus à un accord tard lundi soir, permettant d'éviter l'entrée en vigueur automatique de hausses d'impôts et de coupes budgétaires aux États-Unis, ont fait savoir des sources démocrates

En vertu de cet accord, le taux d'imposition des familles moyennes demeurerait le même alors que celui des individus gagnant plus de 400 000 $US et celui des couples gagnant plus de 450 000 $US par an augmentera.

Les prestations de chômage seraient prolongées pour un an. Sans cette prolongation, deux millions de chômeurs perdraient leurs prestations au début du mois de janvier.

Le vice-président Joe Biden et le chef de la minorité républicaine au Sénat Mitch McConnell ont conclu un compromis qui augmentera les impôts des Américains les plus aisés et repoussera de deux mois toute coupe dans les dépenses, accord qui devra encore être entériné par le Sénat à majorité démocrate et la Chambre aux mains des républicains.

Plus tôt dans la journée, le président Barack Obama et le leader de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, avaient annoncé qu'ils étaient près d'un accord.

Cet accord devra encore être entériné par le Sénat à majorité démocrate et la Chambre des représentants aux mains des républicains. M. Biden s'est déplacé lundi soir au Capitole pour convaincre les sénateurs démocrates d'accepter ce marché.

Si les deux assemblées donnent leur feu vert, les États-Unis éviteront in extremis le «précipice fiscal».

Pendant ce temps, le déficit budgétaire américain — d'environ 1000 milliards $ US par an — continue de s'aggraver.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le "mur budgétaire" et les dessins de presse