Après 102 jours de lock-out, Lou Lamoriello en a assez. Au point où il s'est permis une sortie publique à un moment où plusieurs dirigeants d'équipes préfèrent garder le silence.

«J'ai honte pour notre sport», a déclaré le directeur général des Devils du New Jersey, mercredi, au quotidien Star-Ledger.

Selon plusieurs médias, aucune séance de négociation n'est à l'agenda de la Ligue nationale ou de l'Association des joueurs (AJLNH). Et avec la mi-janvier qui approche à grands pas, Lamoriello sent l'urgence d'agir.

« On arrive au moment où ça passe ou ça casse, a-t-il dit. Il faut simplement faire confiance aux gens en place. Mais j'ai honte de voir qu'on en est rendus là. C'est la meilleure expression que je puisse utiliser.»

Souvent impliqué dans ce type de pourparlers depuis son arrivée dans la LNH, Lamoriello a été tenu à l'écart du processus jusqu'ici. Là non plus, il n'a pas trop voulu en dire, sans doute pour s'éviter les foudres de la LNH, qui demande aux dirigeants d'équipes de ne pas commenter le conflit de travail, sous peine d'amendes.

«Je ne suis pas impliqué comme je l'étais par le passé. Je ne sais pas pourquoi», a-t-il ajouté.

Les matchs sont annulés jusqu'au 14 janvier. Le commissaire-adjoint de la LNH, Bill Daly, a indiqué avant Noël qu'une entente devait intervenir au plus tard à la mi-janvier, sans quoi la saison serait en péril. Les dirigeants de la ligue jugent que la saison devra avoir au minimum 48 matchs.

Sondage rapide

Pensez-vous que la saison 2012-2013 sera complètement annulée?

VOTER