Le premier train rapide reliant Pékin à Canton a traversé mercredi 26 novembre à 300 km/h la plus longue ligne à grande vitesse du monde, nouvelle étape dans le spectaculaire développement du réseau ferroviaire chinois.

Parti de Pékin à 9h (2h, heure française), le train a couvert en huit heures les quelque 2300 km séparant la capitale de Canton, le grand pôle économique du sud.

Pour cette mise en service, la Chine avait choisi la date symbolique du jour-anniversaire de la naissance de Mao Tsé-toung, le fondateur du régime, né le 26 décembre 1893.

Trois fois plus rapide

Le temps du trajet Pékin-Canton a été réduit par trois avec ce train rapide qui a roulé en moyenne à 300 km/h et effectué 5 arrêts dans les villes les plus importantes, dont Wuhan et Changsha.

Les premières liaisons ferroviaires à grande vitesse datent seulement de 2007 en Chine. Depuis, le pays a construit le plus vaste réseau au monde: plus de 8.000 km fin 2010, un chiffre qui devrait doubler d'ici 2020.

Mais ce développement à marche forcée a été entâché de scandales de corruption et de sécurité très insuffisante.

Une collision entre deux trains à grande vitesse le 23 juillet 2011 avait fait 40 morts et 200 blesséset provoqué un tollé dans le pays. L'enquête officielle a conclu à "des défauts de conception" dans les équipements de signalisation et à l'incurie des autorités ferroviaires. 54 responsables ont été sanctionnés, dont un ancien ministre des Chemins de fer.

Les inquiétudes persistent

Avant l'ouverture de la nouvelle ligne Pékin-Canton, les autorités ont assuré avoir pris des mesures pour améliorer la maintenance et les inspections des infrastructures.

"Le système de secours d'urgence et toutes sortes de préparatifs ont été établis pour améliorer la capacité de réponse" en cas de difficulté, indique un dépliant du ministère des Chemins de fer.

Mais les inquiétudes persistent. Le Global Times, quotidien officiel, citait mercredi un responsable du ministère qui reconnaissait la persistance de problèmes malgré les efforts accomplis: "On ne peut pas être certain que c'est totalement sans risque dans l'avenir. On a eu beaucoup de pression de la part du public", a déclaré au journal Zhao Chunlei, chef-adjoint au ministère.

Bien que la Chine se soit appuyée sur les transferts de technologies occidentales pour fabriquer ses trains à grande vitesse, elle entend désormais capitaliser sur ces acquis et se tailler une place dans la concurrence internationale. Chose faite avec des contrats remportés pour la construction de réseaux à grande vitesse en Turquie et au Venezuela.

Cette nouvelle ligne de 2.300 km sera opérationnelle pour les congés du Nouvel an lunaire - mi février cette année -, à l'occasion desquels des centaines de millions de Chinois traversent le pays, soit la plus grande migration annuelle du monde.

LE TGV EN IMAGES:

Loading Slideshow...