NOUVELLES

Yémen: six membres présumés d'Al-Qaïda tués par des drones

24/12/2012 11:50 EST | Actualisé 23/02/2013 05:12 EST

Six membres présumés d'Al-Qaïda, dont un Jordanien, ont été tués lundi dans deux attaques de drone, vraisemblablement américains, au Yémen, ont annoncé des responsables locaux.

La première attaque a eu lieu à Al-Manasseh, dans la province de Baïda, à 170 km au sud-est de Sanaa, où "le drone a pris pour cible un véhicule, tuant un Yéménite et un Jordanien, deux membres d'Al-Qaïda", a déclaré à l'AFP le responsable qui a requis l'anonymat.

Trois autres combattants d'Al-Qaïda, qui étaient dans la voiture, ont été blessés dans l'attaque, ont indiqué des sources tribales.

Une source des services de sécurité, interrogée par l'AFP, a identifié le Yéménite tué comme étant Abdallah Hussein al-Waëli, un membre d'Al-Qaïda, recherché depuis son évasion d'une prison à Sanaa il y a deux ans.

Quatre autres membres présumés d'Al-Qaïda ont péri et un autre a été blessé par trois missiles dirigés contre trois motos à bord desquelles ils circulaient dans la ville de Chehr, dans la province orientale du Hadramout, a indiqué un responsable local.

Selon ce responsable, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat, les trois missiles ont été tirés par "un drone américain" et l'attaque a eu lieu en plein centre de la ville située à l'est de Moukalla, capitale du Hadramout.

Le lieu de la première attaque, Al-Manasseh, est un village proche de Radah, un ancien bastion du réseau islamiste dans le centre du Yémen.

En janvier, des centaines de combattants d'Al-Qaïda avaient pris brièvement le contrôle de Radah, avant de s'en retirer sous la pression des tribus fortement armées et hostiles au réseau extrémiste.

Les insurgés étaient alors conduits par Tarek al-Dahab, un chef d'Al-Qaïda tué à la mi-février dans une attaque à Al-Manasseh, son fief familial.

Tarek al-Dahab était le beau-frère de l'Américano-yéménite Anwar al-Aulaqi, imam d'Al-Qaïda assassiné en septembre 2011 au Yémen dans un raid américain.

Les Etats-Unis, seuls à avoir des drones dans la région, ont reconnu l'année dernière les employer dans leur lutte contre Al-Qaïda.

Le réseau extrémiste avait profité de l'affaiblissement du pouvoir central, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh en 2011, pour renforcer son emprise dans l'est et le sud du Yémen, où il a regroupé ses forces.

jj-faw/tm/mh/cco

PLUS:afp