NOUVELLES

République centrafricaine: les rebelles avancent et prennent une autre ville

23/12/2012 07:15 EST | Actualisé 22/02/2013 05:12 EST

BANGUI, République centrafricaine - Des rebelles de la République centrafricaine se sont emparés de la ville clef de Bambari, quelques jours seulement après avoir dit mettre fin à leur avancée, ont indiqué dimanche des responsables et des résidants.

Un responsable régional, Jean-Baptiste Manikaou, a confirmé que les rebelles avaient pris le contrôle de Bambari, une ville à environ 385 kilomètres de la capitale.

Maxime Andjingbayo, un prêtre local, a ajouté que les forces gouvernementales ont fui la ville d'environ 40 000 résidants après environ deux heures de coups de feu. Plusieurs de leurs véhicules ont été saisis par les rebelles.

Le prêtre a affirmé à l'Associated Press que la ville était entièrement contrôlée par les rebelles depuis 14 h.

Le colonel rebelle Djouma Narkouo a nié que les actions du groupe allaient à l'encontre des recommandations prises dans la capitale du Tchad, pays voisin, vendredi.

Les leaders des États de l'Afrique centrale avaient alors appelé à la cessation des hostilités dans un communiqué émis après un sommet d'une journée.

«Il s'agit simplement d'une action préventive qui a pour but de bloquer d'éventuelles avances de soldats loyalistes qui prépareraient une contre-attaque», s'est défendu l'officier rebelle.

Le ministre de l'administration territoriale et de la décentralisation, Josue Binoua, a pour sa part indiqué que si les rebelles voulaient la paix, ils devraient respecter les efforts de médiation en cours et arrêter d'avancer.

«Ils ne peuvent pas demander une chose et ensuite son contraire. S'ils veulent la paix, ils devraient respecter des décisions de la médiation», a déclaré le ministre à la radio d'État.

Les rebelles ont commencé à prendre des villes plus tôt ce mois-ci, disant qu'ils voulaient négocier des ententes de paix prises par la passé dans ce pays africain désespérément pauvre.

Le gouvernement du président François Bozize a déjà demandé une aide militaire au Tchad, et 2000 militaires sont arrivés mardi pour protéger les routes stratégiques et fortifier la capitale, Bangui.

PLUS:pc