Le programme Québec sans frontière est en péril à cause des compressions budgétaires du gouvernement Marois

Publication: Mis à jour:
HAITI CHILDREN
Caroline D'Astous

Le programme Québec sans frontière ne devrait pas être épargné par les compressions annoncées par le ministre des Finances Nicolas Marceau. Il pourrait même subir des coupures majeures au regard des crédits budgétaires déposés par le gouvernement. Une perspective mal accueillie par les organismes en coopération internationale, et critiquée par l’opposition officielle.

«Nous avons été informé la semaine dernière que le programme Québec sans frontière (QSF) subira des coupures. Mais nous ne savons pas encore de quels ordres et dans quelles mesures», explique Gervais L’Heureux, directeur général de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), visiblement inquiet.

Coupure dans les programmes jeunesse

Évalué 2,5 millions de dollars environ, QSF est financé par le ministère des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur. Coordonné par le Secrétariat à la coopération internationale, en collaboration avec l’AQOCI, ce programme aide des jeunes québécois à partir en stage aux quatre coins du monde pour participer à des projets solidaires.

Les crédits des ministères et organismes, présentés dans le budget des dépenses 2013-2014, montrent toutefois que Québec a l’intention de réduire les fonds destinés aux programmes jeunesse dans leur ensemble, ainsi que ceux habituellement attribués à QSF. Des coupures estimées à prés de 2 M$.

Ces réductions budgétaires sont remises en questions par la critique de l’opposition officielle en matière de Relations internationales et francophonie, Christine St-Pierre. «On revient au scénario de l’époque de Lucien Bouchard, où l’on coupe massivement», dénonce la représentante libérale.

La députée de l’Acadie s’étonne également de constater qu’un gouvernement qui se félicite d’être proche de la jeunesse, et préoccupé par les dossiers de la francophonie, n’hésite pas à couper dans les budgets alloués à la jeunesse québécoise, dit-elle.

«C’est triste parce que ce sont la jeunesse, la francophonie et la coopération qui sont touchées», critique l’ex-ministre de la Culture.

Initiation à la coopération

Créé sous le gouvernement péquiste de Jacques Parizeau en 1995, Québec sans frontière permet chaque année à 350 jeunes Québécois de 18 à 35 ans de réaliser des stages de solidarité internationale, principalement en Afrique francophone, en Amérique latine ou en Asie-Pacifique.

Les stages sont offerts part l’entremise des organismes membres de la l’AQOCI. Les partenaires ont ainsi la responsabilité de recruter, de coordonner et d’organiser la mise en place des missions.

En retour, ils obtiennent, entre autres, du financement pour leurs programmes de stages dédiés aux jeunes. Cette façon de procéder permet également de faciliter le recrutement de nouveaux membres, explique M. L’Heureux.

Contribution des organismes

«C’est Bernard Landry qui avait eu le mandat de mettre en place un programme de stage pour les jeunes, se rappelle-t-il. Au lieu de créer un programme de toute pièce, le gouvernement avait plutôt misé sur l’expertise des organismes existants», décrit le directeur général de l’AQOCI.

Invité à commenter ces coupures, le Secrétariat à la coopération internationale du Québec s’est montré avare de commentaires, validant toutefois les informations. Ils ont plutôt renvoyé la balle du côté des relations de presse du ministère, qui n’ont pas été en mesure de fournir plus détails.

L’an dernier, le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait mis fin à un autre programme destiné à la jeunesse, fédéral celui-ci, le programme Katimavik. Il permettait aux Canadiens de 17 à 21 ans d’aller faire du bénévolat auprès de 104 communautés à travers le pays.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Les faits saillants du 1er budget Marceau
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Québec sans frontière - Accueil

Québec sans frontières - Uniterra

De Gatineau au Burkina Faso: aider au-delà des frontières - Société - Info07 - La ...