Feist et Cœur de pirate, en spectacle, célèbrent le Théâtre Corona, à Montréal (VIDÉOS/PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
CORONA
Feist et Cœur de pirate célèbrent le Corona. | Jean francois Cyr

MONTRÉAL - Les chanteuses Feist et Cœur de pirate étaient sur les planches du Théâtre Corona, mardi soir, pour célébrer l’inauguration officielle de cette salle située sur la rue Notre-Dame, dans l’arrondissement sud-ouest à Montréal.

Une soirée toute spéciale pour le promoteur et diffuseur evenko (appartenant depuis 2009 à la famille Molson qui possède aussi le Centre Bell et le club de hockey le Canadien) qui, un an après son association avec le propriétaire de l’endroit, soulignait en grand la revitalisation de ce beau monument historique dédié en bonne partie à la musique.

En novembre 2011, evenko signait une entente de 20 ans avec les responsables du Théâtre Corona. Un an plus tard, ce sont plus de 140 concerts qui y ont été offerts. Cœur de Pirate, rencontrée tout juste après sa performance solo de 30 minutes (elle a notamment chanté Cap Diamant, Adieu, Ensemble, Golden Baby, La Petite mort, Place de la République et Last Christmas (écrite par George Michael et longtemps interprété par le duo Wham!), raconte que cette salle est un endroit où il est bon se produire.

«C’est la première fois que je fais un spectacle au Corona. L’esthétique est superbe et on sent que la place a du vécu. J’aimerais beaucoup revenir jouer ici. C’est cool ce qui se passe pour le Corona. Cette sorte de renaissance est un peu comme l’histoire du Rialto, qui revit aussi depuis quelque temps. J’aime jouer dans des endroits inusités ou qui ont de l’âme […] Je suis également contente d’avoir fait un concert solo. C’est une sorte de pratique pour la tournée qui s’en vient à la fin de l’hiver 2013. Je vais être seule au clavier pour une vingtaine de spectacles qui seront faits au Québec, aux États-Unis et en Europe.»

«Et cette soirée à une signification particulière, puisque c’est mon dernier spectacle en 2012. Et ce fut une grosse année (tournées nord-américaine et européenne, naissance de sa fille, plusieurs prix dont deux à l’ADISQ…)! En plus, je suis tellement une admiratrice de Feist. Elle a été une grande influence pour moi depuis que j’ai commencé ma carrière.»

Développer les artistes

Du côté d’evenko (le plus important diffuseur et producteur indépendant de spectacles au Canada et parmi les plus influentes de la planète), son directeur général Jacques Aubé envisage de proposer quelque 200 spectacles l’an prochain, au Corona.

«Ce partenariat est, bien entendu, pour mieux servir notre clientèle qui veut voir autre chose que les concerts proposés au Centre Bell. Nous voulons aussi être plus présents auprès des artistes d’ici, pour assurer le développement de leur carrière. C’est bien de s’investir dans cette salle qui peut accueillir quelques centaines de personnes. On pourra y voir d’excellents concerts […] ou encore tenir des événements privés. Concrètement, on a changé la façade, l’enseigne extérieure, le lustre dans la salle, redonné un peu d’éclat au décor. Pour ce qui est du mobilier (tables, chaises, bars…), il va changer selon les besoins. Je pense que les gens du quartier vont apprécier notre travail, tant au niveau des choix de la programmation que du plan de relance du Théâtre. »

«Nous sommes le gestionnaire exclusif du Théâtre Corona, mais il est possible de le louer», poursuit-il. «C’est possible pour une organisation d’utiliser l’endroit. L’équipe d’evenko en sera responsable durant les vingt prochaines années. Bien entendu, nous continuerons de collaborer avec des salles comme le Club Soda, le National ou encore l’Olympia (400 spectacles ont été produits par evenko dans les salles outre le Centre Bell), mais c’est bien d’avoir un endroit où l’on peut décider nous-mêmes ce qui s’y passe.»

Cerise sur le sundae, Feist était l’invité d’honneur d’evenko pour souligner ce nouveau départ pour le Théâtre Corona. Accompagnée de deux musiciens (batterie et claviers), la guitariste et chanteuse néo-écossaise, qui connaît un succès enviable depuis quelques années, a offert une performance d’une centaine de minutes. On a pu notamment entendre So Sorry et How Come You Never Go There.

Pour clore la fête, les gens présents (salle remplie) ont eu droit à un Dj set de Kele de Bloc Party.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
ADISQ 2012: le tapis rouge
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction