NOUVELLES
18/12/2012 04:20 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

USA: le Congrès va examiner un rapport top secret sur l'attaque de Benghazi

Les membres du Congrès américain devaient commencer à examiner mardi un rapport top secret du département d'Etat qui pourrait mettre en lumière des failles dans la sécurité lors de l'attaque du consulat des Etats-Unis à Benghazi, en Libye, le 11 septembre dernier.

Un haut responsable du département d'Etat a précisé que ce rapport établi par le Comité de révision (ARB) devait être envoyé mardi après-midi aux membres du Congrès. Les parties du rapport qui n'ont pas été classées "top secret" seront rendues publiques mercredi, a par ailleurs indiqué la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.

Selon une note interne du département d'Etat, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a constitué une équipe pour mettre en oeuvre les conclusions de l'enquête sur l'attaque du consulat, au cours de laquelle l'ambassadeur Christopher Stevens et trois autres agents américains avaient été tués.

Cette affaire est devenue hautement politique, les républicains mettant en avant des failles dans la sécurité et une volonté de cacher le rôle d'Al-Qaïda dans cet assaut.

Mme Clinton a confié à son adjoint Tom Nides la tête de cette équipe qui s'est réunie pour la première fois mardi et devrait le faire régulièrement, poursuit la note.

Si des manquements sont mis en lumière par le rapport du département d'Etat, les républicains ne manqueront pas d'attaquer leurs adversaires démocrates.

L'ARB a travaillé pendant deux mois sur cet attentat. Ses co-présidents, le diplomate Thomas Pickering et l'amiral Mike Mullen, témoigneront mercredi à huis clos devant le Congrès.

"Le rapport classifié va être transmis au Congrès dans l'après-midi (mardi) pour que les membres des commissions d'enquête puissent l'étudier avant les réunions de mercredi", avait indiqué plus tôt dans la journée Mme Nuland.

Hillary Clinton était censée témoigner jeudi devant les commissions des Affaires étrangères de la Chambre des représentants (à majorité républicaine) et du Sénat (à majorité démocrate), mais elle se remet toujours d'une "commotion cérébrale" après un malaise la semaine dernière. Cet incident serait consécutif à une "déshydratation extrême" due à un "méchant virus gastrique".

Mme Clinton a écrit lundi aux présidents des deux commissions du Congrès pour "leur dire clairement qu'elle était disponible pour poursuivre leur conversation en janvier".

jkb/bdx-sam/lor

PLUS:afp