NOUVELLES
18/12/2012 04:39 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

Tuerie de Newtown: les marchands d'armes lâchés par les investisseurs

Le fonds d'investissement Cerberus a annoncé mardi son intention de se débarrasser de sa participation dans le fabricant d'armes Freedom Group, illustrant un malaise des investisseurs vis-à-vis du secteur après la tuerie de la semaine dernière dans une école primaire américaine.

"Nous avons décidé de nous engager dans une procédure formelle pour vendre notre investissement dans Freedom Group", a indiqué le fonds dans son communiqué, où il se se dit "choqué et très attristé" par la tuerie, qui a fait 26 morts dont 20 enfants dans l'école primaire Sandy Hook à Newtown (Connecticut, nord-est).

Freedom Group détient notamment Bushmaster, fabricant de l'arme qui a été utilisée lors de la tuerie, ainsi que Remington.

"Il est devenu apparent que la tragédie de Sandy Hook a été un tournant, qui a amené le débat national sur le contrôle des armes à un niveau sans précédent", explique Cerberus.

"Nous sommes des investisseurs, pas des hommes d'Etat ou des législateurs", souligne-t-il.

"Ce n'est pas notre rôle de prendre position ou de tenter de créer ou d'influencer le débat politique sur la réglementation du contrôle des armes. C'est le travail de nos législateurs fédéraux et dans les Etats. Il y a toutefois des mesures que nous pouvons prendre en tant qu'entreprise", poursuit-il.

Sortir du capital de Freedom Group "nous permet de remplir nos obligations envers les investisseurs qui nous ont confié leurs intérêts sans être entraînés dans le débat national", conclut le fonds.

Cerberus a probablement été poussé à réagir par un de ses propres investisseurs, le fonds de pension des enseignants de Californie CalSTRS.

Ce dernier a indiqué mardi avoir suite à la tuerie "immédiatement commencé à réexaminer (ses) investissements dans des fonds gérés par Cerberus (...) qui ont investi dans Freedom Group", et avoir "entamé des discussions" avec le fonds sur la question.

Il n'a pas fait de commentaire sur la décision prise mardi par Cerberus, mais il a rappelé que sa politique interne exigeait qu'il prenne en compte dans ses investissements "les risques associés aux produits qui présentent des risques importants pour les humains", et ajouté vouloir s'assurer que tous ses investissements respectent ce critère.

Cerberus et CalSTRS ne sont pas les seuls investisseurs à bouder le secteur: les actions des fabricants d'armes à feu ont fortement baissé mardi à la Bourse de New York, pour la deuxième journée de suite.

Smith & Wesson, qui avait déjà perdu 5,20% lundi, a plongé de 9,99% à 7,79 dollars, et Sturm, Ruger & Company, spécialisé dans les armes de petit calibre, a perdu 7,73% à 40,60 dollars après une chute de 3,45% la veille.

La tuerie a aussi provoqué des réactions dans le secteur de la distribution.

Le numéro un mondial de la distribution Wal-Mart a ainsi retiré de son magasin en ligne un fusil d'assault Bushmaster, rapportent mardi plusieurs médias. Personne n'était immédiatement disponible chez Wal-Mart pour un commentaire.

Dick's Sporting Goods, un distributeur d'équipements sportifs, a annoncé pour sa part dans un communiqué avoir, "par respect pour les victimes et leurs familles" et pour la durée du deuil national, retiré toutes ses armes à feu en vente et en vitrine dans ses magasins les plus proches de Newtown, et suspendu la vente des armes sportives dans tous ses magasins.

soe/sl/bdx

PLUS:afp