NOUVELLES
18/12/2012 03:09 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

Obama intervient dans le débat sur les armes, les écoles rouvrent à Newtown

Le président américain Obama s'est dit mardi favorable à un projet de loi visant à interdire les fusils d'assaut, alors que les écoles rouvraient pour la première fois à Newtown (nord-est) après le massacre de 20 enfants dans l'école de Sandy Hook vendredi dernier.

Le président "soutient activement" les efforts menés au Congrès pour ré-imposer une loi en ce sens, a déclaré son porte-parole Jay Carney, en référence à la proposition que compte introduire en janvier au Congrès la sénatrice démocrate de Californie Dianne Feinstein.

Son porte-parole a ajouté que M. Obama était également favorable à combler le vide juridique qui permet actuellement d'acheter des armes auprès de vendeurs privés (dans les foires aux armes par exemple) sans vérification préalable.

Ces propos interviennent alors que le débat sur les armes à feu s'est intensifié aux Etats-Unis - mais pour combien de temps ? - , quatre jours après le massacre de Sandy Hook (26 victimes dont 20 enfants) qui a traumatisé le pays, en raison du nombre des élèves tués et de leur jeune âge. Ils avaient tous 6 et 7 ans.

A Newtown, les écoles ont rouvert mardi, un pâle semblant de normalité alors que la ville continue à enterrer ses enfants massacrés par un jeune du pays, décrit comme solitaire et très intelligent, Adam Lanza, 20 ans.

Une veillée funèbre devait également être organisée en mémoire de l'institutrice Victoria Soto, 27 ans, tuée par Lanza alors qu'elle essayait de cacher ses petits élèves.

L'école de Sandy Hook, toujours "scène de crime", est restée fermée, et pourrait le rester indéfiniment. Ses élèves seront accueillis dans un autre établissement.

Mais ailleurs dans la petite ville traumatisée, où des mémorials improvisés à chaque coin de rue témoignent de la douleur et du choc, de très nombreux parents anxieux ont accompagné leurs enfants à l'école.

Les bus scolaires jaunes ont eux aussi repris leur ballet quotidien, croisant parfois un corbillard.

Ailleurs dans le pays, des mesures de sécurité supplémentaires de sécurité ont également été mises en place dans certaines crèches et écoles.

57% des Américains pour un renforcement des lois

------------------------------------------------

Le débat sur les armes s'est poursuivi, en particulier sur l'opportunité de durcir la réglementation fédérale pour les fusils d'assaut, l'arme utilisée par Lanza.

Apparemment, le bilan aurait pu être encore pire. Le tueur s'est suicidé en entendant la police arriver, selon le gouverneur du Connecticut Dan Malloy. Et il lui restait alors de très nombreuses munitions, selon le porte-parole de la police Paul Vance.

L'enquête sur la tuerie prendra encore des semaines, selon la police.

Mais la préméditation semble évidente. Le New York Times affirmait mardi, citant une source policière, qu'Adam Lanza avait effacé le disque dur de son ordinateur avant de commettre son affreux forfait, empêchant ainsi les enquêteurs d'y trouver la moindre indication.

Dans un sondage CBS publié mardi matin, 57% des Américains se sont déclarés favorables à un renforcement de la loi sur les armes à feu, le pourcentage le plus élevé depuis 10 ans.

Plus de 177.000 personnes avaient mardi matin signé une pétition sur le site de la Maison Blanche en faveur d'un renforcement des lois.

Et plusieurs maires de grandes villes, parmi lesquels Michael Bloomberg (New York), Michael Nutter (Philadelphie), Rahm Emanuel (Chicago), Antonio Villaraigosa (Los Angeles) et Kevin Johnson (Sacramento) ont envoyé une lettre ouverte au président et au Congrès pour demander "une action immédiate", pour interdire les fusils d'assaut, renforcer les vérifications préalables à l'achat d'une arme, combler les vides juridiques, et renforcer les pénalités pour les achats "sauvages" d'armes à feu.

"Nous pensons qu'avec cette tragédie nationale (...), nous avons atteint un point critique", écrivent-ils.

La proposition de Dianne Feinstein devrait être présentée au Congrès dès sa rentrée le 3 janvier. Elle entend interdire la vente, le transfert, la fabrication et l'importation d'une centaine de modèles d'armes d'assaut. Les chargeurs de plus de 10 balles seraient aussi prohibés, comme ils l'étaient dans le cadre d'une loi votée en 1994, qui a expiré en 2004.

Certains Etats ont des lois strictes, mais comme l'a souligné le gouverneur Malloy, en l'absence d'une loi fédérale, les armes circulent depuis les Etats où la réglementation est moindre.

bur-bd/jca

PLUS:afp