NOUVELLES
18/12/2012 09:29 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

Le pétrole ouvre en hausse à New York, attendant un accord sur le budget

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse mardi à New York, les investisseurs tablant sur la conclusion d'un accord entre républicains et démocrates sur le budget des Etats-Unis qui permettrait d'éviter une cure d'austérité néfaste à la consommation de brut du pays.

Vers 14H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en janvier avançait de 61 cents à 87,81 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Suspendus depuis plusieurs semaines à tout développement dans les pourparlers sur le "mur budgétaire", les courtiers misaient mardi sur un dénouement prochain.

Le président Barack Obama a en effet formulé lundi soir une nouvelle offre destinée au chef des élus républicains à la Chambre des représentants John Boehner, alors que les deux responsables font preuve depuis la fin de la semaine dernière d'un fléchissement dans leurs positions laissant espérer une sortie de crise avant la fin de l'année.

Faute d'accord, des augmentations d'impôts et des baisses de dépenses publiques doivent entrer en vigueur, au risque d'affecter une croissance encore faible et de replonger le pays en récession, ce qui pourrait plomber la demande en brut des consommateurs américains.

Aussi ces derniers échanges "ont profité au marché", qui reste toutefois "prompt à tout retournement tant qu'aucune annonce concrète n'aura été annoncée", a remarqué Bill Baruch, de iiTrader.com.

Les cours étaient aussi portés par les prévisions d'un recul des stocks américains de brut sur la semaine achevée le 14 décembre 2012 dans le rapport hebdomadaire, attendu mercredi, du département américain de l'Energie (DoE).

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire état d'une baisse de 900.000 barils des stocks de brut aux Etats-Unis.

En revanche, les stocks de produits raffinés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés à l'approche de l'hiver, sont attendus en hausse de 900.000 barils et les stocks d'essence en progression de 1,5 million de barils.

L'écart entre les cours du Brent à Londres et du WTI à New York s'est par ailleurs "réduit à son plus faible niveau depuis octobre" suite à l'annonce d'une expansion en janvier des capacités d'acheminements de l'oléoduc Seaway, qui transporte le brut stocké à Cushing --principal terminal pétrolier des Etats-Unis (dans l'Oklahoma, sud)-- vers les complexes de raffineries de la côte du Golfe du Mexique, a remarqué Matt Smith, de Schneider Electric.

Les réserves d'or noir à Cushing, qui ont atteint plus tôt cette année des niveaux record, abritent le brut texan servant de référence au WTI, et l'abondance de ces stocks plombe les cours du baril à New York.

jum/sl/are

PLUS:afp