NOUVELLES
18/12/2012 06:14 EST | Actualisé 17/02/2013 05:12 EST

L'armée syrienne bombarde un camp de réfugiés palestiniens à Damas

BEYROUTH - Des avions de combat de l'armée syrienne ont bombardé mardi un camp de réfugiés palestiniens de Damas pour la deuxième fois en une semaine, après les avancées significatives faites par les rebelles à l'intérieur du camp, ont déclaré des militants de l'opposition.

Les rebelles qui tentent de renverser le régime du président Bachar el-Assad ont accru leur pression sur les forces gouvernementales au cours des dernières semaines, en prenant notamment des bases aériennes et des installations militaires dans la région de Damas.

L'offensive des rebelles dans le camp de réfugiés de Yarmouk, dans le sud de Damas, qui a commencé vendredi, vise à en déloger une faction palestinienne favorable au président El-Assad.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme et d'autres militants présents dans le camp ont déclaré que des avions de combat avaient largué des bombes sur le camp mardi après-midi, mais ils n'étaient pas en mesure de fournir un bilan des victimes. Des frappes similaires survenues dimanche dans le camp de Yarmouk avaient fait au moins huit morts.

Au début du soulèvement contre le régime syrien, en mars 2011, la communauté palestinienne de Syrie, qui compte un demi-million de personnes, était restée à l'écart du conflit. Mais à mesure que la crise s'est aggravée, la plupart des Palestiniens se sont rangés du côté des rebelles, tandis que certains groupes, dont le Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG), ont pris les armes pour combattre avec les forces gouvernementales syriennes.

Mardi après-midi, l'armée syrienne avait déployé plusieurs chars le long de l'entrée principale du camp, selon des résidants. Il n'y avait pas de soldats syriens dans le camp et la plupart des combats opposaient des rebelles et des hommes armés du FPLP-CG, ont-ils dit. Le groupe est dirigé par Ahmed Jibril, un allié de longue date du président El-Assad.

Selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, Rami Abdul-Rahman, les rebelles contrôlent maintenant la majeure partie du camp, mais de violents affrontements se poursuivent dans certains secteurs.

Les combats dans le camp de Yarmouk ont poussé de nombreux réfugiés palestiniens à fuir les lieux. Ils sont accompagnés par de nombreux Syriens qui avaient trouvé refuge dans le camp au cours des dernières semaines pour échapper aux violences ailleurs dans la ville, selon des responsables des Nations unies.

Les civils continuent de fuir Yarmouk, et certains se dirigent vers les installations de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) autour de Damas. D'autres partent ailleurs en Syrie ou vers la frontière avec le Liban, a indiqué Sami Mshasha, porte-parole de l'UNRWA.

Des responsables des Nations unies à Genève ont indiqué que quatre millions de personnes avaient besoin d'aide humanitaire en Syrie.

La porte-parole de Programme alimentaire mondial, Elisabeth Byrs, a déclaré mardi devant les journalistes qu'environ 2,5 millions de Syriens avaient besoin d'une aide alimentaire, mais que son agence ne pouvait rejoindre que 1,5 million d'entre eux pour l'instant.

Le porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé, Tarik Jasarevic, a quant à lui déclaré qu'il y avait de plus en plus de femmes et d'enfants blessés dans le principal hôpital de Damas. Les cas de malnutrition grave augmentent dans les régions rurales des environs de Damas et dans d'autres provinces de la Syrie, a-t-il dit.

PLUS:pc