OTTAWA - La guerre est peut-être finie, mais il y a encore du ménage à faire.

Plus de 400 conteneurs de transport remplis de matériel militaire canadien sont toujours bloqués à Kandahar, plus d'un an après le retrait officiel du Canada de cette province afghane ravagée par la guerre, indiquent des documents fédéraux.

La Défense nationale dit que le matériel est considéré comme étant de faible priorité et que tout l'équipement sensible et de haute valeur a été retourné au Canada.

Mais le délai, provoqué par la fermeture de la frontière afghane avec le Pakistan, s'est transformé en un cauchemar logistique long et coûteux pour l'armée, qui comptait sur le retour du matériel en bon état pour équiper à nouveau les militaires.

Selon le lieutenant-général Stuart Beare, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada, la valeur de l'équipement laissé à Kandahar fait qu'il vaut la peine de le récupérer. Il a toutefois indiqué que l'absence du matériel, qui comprend entre autres des pneus, des pièces de rechange et des tentes, n'empêche pas la régénération de l'armée.

Mais les documents obtenus grâce à la Loi sur l'accès à l'information indiquent que le gouvernement du Canada fait face à des coûts de retrait de la mission à la hausse parce que les conteneurs en question doivent toujours être entreposés sur des terrains adjacents au terrain d'aviation de Kandahar. Les terrains y sont rares puisqu'il s'agit de la base de l'OTAN la plus occupée du sud de l'Afghanistan.

Dans une note de synthèse préparée le 17 mai 2012 pour l'ancien chef de l'état-major Walt Natynczyk, on indique que «la fermeture prolongée de la frontière avec le Pakistan représente un coût important (aux Forces canadiennes) en termes de pénurie et de coûts de transport potentiellement plus élevés» pour les conteneurs qui restent.

La Pakistan a fermé les canaux d'approvisionnement de l'OTAN qui passaient par son pays à la suite d'un raid de l'armée américaine qui a tué 24 soldats pakistanais par erreur.

La frontière est restée fermée jusqu'en juillet 2012.

M. Beare a indiqué que le Canada n'a pas reçu d'envois depuis que la voie a été rouverte l'été dernier, et que les conteneurs canadiens sont dans une file d'attente gérée par l'OTAN.

Le responsable a déclaré qu'il ne pouvait spéculer sur l'arrivée des conteneurs, mais que s'ils n'arrivaient pas assez vite, l'armée considérerait d'autres solutions.