Le revenu disponible des ménages affiche une croissance modérée au Québec

Publication: Mis à jour:
FAMILY COMPUTER
(Alamy) | Alamy

QUÉBEC - Le revenu disponible des ménages par habitant a progressé de 0,7 pour cent au Québec en 2011, soit un taux légèrement supérieur à celui de 2010 (+0,5 pour cent), a révélé mardi l'Institut de la statistique du Québec.

La hausse en 2011 s'expliquerait par un accroissement plus rapide de la rémunération des salariés et du revenu net de la propriété. Au Canada, le taux de croissance du revenu disponible des ménages par habitant (+ 0,6 pour cent) est légèrement inférieur à celui du Québec, en raison d'une augmentation plus lente des transferts en provenance des administrations publiques, une croissance plus rapide des impôts directs et un indice implicite des prix plus élevé.

Parmi les provinces canadiennes, le Québec continue de se classer au neuvième rang avec un revenu disponible des ménages de 25 646 $ par habitant. Seule l'Île-du-Prince-Édouard fait moins bonne figure avec un revenu disponible de 23 879 $.

Le retard historique du Québec par rapport à la moyenne canadienne est attribuable, d'une part, à la rémunération des salariés et au taux d'emploi qui sont moindres et, d'autre part, à la proportion plus importante du revenu consacrée à l'impôt direct et aux autres transferts des ménages aux administrations publiques.

À l'échelle des régions administratives, la plus forte augmentation a été enregistrée en Abitibi-Témiscamingue (+ 5,3 pour cent), stimulée, notamment, par l'accroissement des activités dans le secteur des mines. Grâce à cette croissance soutenue, la région affiche pour la première fois le revenu disponible le plus élevé parmi les 17 régions administratives, soit 26 907 $ par habitant.

Outre l'Abitibi-Témiscamingue, quatre régions connaissent une croissance supérieure à la moyenne québécoise, à savoir la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (+4,1 pour cent), Montréal (+3,8 pour cent), Saguenay-Lac-Saint-Jean (+3 pour cent) et le Nord-du-Québec (+2,7 pour cent).

En revanche, la région de la Mauricie est celle qui présente la plus faible progression du revenu disponible des ménages en 2011, sous l'effet conjugué d'une hausse modeste de la rémunération des salariés et la diminution du revenu des loyers.

En dépit d'une croissance modeste en 2010 et en 2011, la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec devance pour une troisième année consécutive Montréal au chapitre du revenu disponible des ménages par habitant. En effet, celui-ci atteint 27 024 $ à Québec comparativement à 26 857 $ à Montréal. De leur côté, les RMR de Sherbrooke (23 822 $), de Trois-Rivières (24 141 $) et de Saguenay (24 422 $) continuent d'afficher un revenu disponible inférieur à la moyenne québécoise.